Un miracle – Victoria Mas

Après « le Bal des Folles » en 2019, que j’avais beaucoup aimé, et l’immense sucès que ce roman a eu, revoilà Victoria Mas avec « Un miracle » mon deuxième de la rentrée littéraire d’automne 2022.

Le roman s’ouvre sur l’histoire de Soeur Catherine Labouré, on est le 18 juillet 1830. Elle est dans un couvent des Soeurs de la Charité, à Paris. Un soir, un enfant vient la réveiller dans sa cellule, un enfant magnifique, qui l’appelle. « Soeur Labouré  » ! Personne le l’entend sauf Soeur Labouré. Il lui demande de se lever, d’aller à la chapelle, la Vierge car elle l’attend. En fait, Soeur Catherine Labouré verra plusieurs fois dans sa vie de religieuse l’apparition de la Sainte Vierge.

De nos jours, c’est le chapitre suivant, tout ensuite se passe de nos jours. Victoria Mas a dit dans une vidéo de la Librairie Mollat qu’on pouvait situer le « de nos jours » aussi bien dans les années 80 que 2020. Une jeune Soeur des Filles de la Charité, reconnue pour sa piété, sa douceur, sa sérénité tranquille, est désignée pour quitter ce couvent (qui est d’ailleurs toujours situé à Paris, rue du Bac) pour aller en Bretagne rejoindre une autre soeur, Soeur Delphine, qui est en mission hors les murs de la communauté de Paris. C’est une mission dite « séculaire », la première pour Soeur Anne. La veille de son départ pour Roscoff, une vieille soeur lui confie qu’elle y verra la Sainte Vierge. Soeur Anne est bouleversée par cette prédiction, elle qui prie Marie depuis ses treize ans.

Arrivée à Roscoff, elle prend sa mission au sérieux : auprès du Prêtre, de la paroisse, des fidèles, distribue des vêtements et des repas, toutes les choses que font les Soeurs dans la vie publique et civile. À Roscoff elle est aussi attirée par cette mystérieuse Ile de Batz, battue par les vents, et on ne peut y accéder qu’en bateau.

Cette histoire me fait penser à une sculpture de Philip Jackson, intitulée Gale Force Nun

Sur cette île de Batz vit une petite communauté, qui vit traditionnellement le plus possible et est très soudée. On y découvre Madenn, restauratrice au grand coeur, qui aime profondément sa terre, et les gens, et qui garde un oeil sur Isaac, un ado qui vit ici, et qui a récemment perdu sa mère, et il ne s’en remet pas.

Soeur Anne est très heureuse de rencontrer des gens de Batz, qui l’invitent à venir les voir, sur cette Ile qui porte une vieille chapelle dédiée à Sainte Anne, patronne de la Bretagne.
Les gens de Batz sont bourrus pour certains, accueillants pour d’autres, il y a des malheurs, des bonheurs, et tout le monde se connaît.

On fait la connaissance d’Hugo, qui a une petite soeur extrêmement malade : son asthme lui gâche la vie, si elle peut encore aller à l’école, elle ne peut pas beaucoup marcher… ses parents la couvent, et Hugo, le jeune ado se réfugie dans les astres, il découvre le Cosmos, c’est sa passion.

Il croise souvent Isaac, l’ado mystérieux, qui passe son temps à battre la campagne, qu’il pleuve, vente, et Madenn le retrouve souvent trempé, n’ayant pas mangé, Madenn connait les heures où il va passer, et l’attend avec un bon plat chaud, ou une bonne tarte pour qu’il puisse manger avec son père.

Mais un jour Isaac n’est pas à l’heure. Madenn le retrouve sur un promontoire, agenouillé, comme en transe, les yeux immenses dirigés vers le ciel. Hugo le voit aussi, de sa fenêtre, avec son nouveau télescope. Le lendemain, même heure, Isaac se rend au promontoire. Il a dit la veille à Madenn qu’il avait « vu » … vu la Vierge, et pourtant il n’est pas catholique. Madenn comprend, ce bout de terre bretonne connaît des légendes, mais aussi des choses mystérieuses, mystiques. Il y a eu déjà un cas sur l’Ile de Batz, il y a longtemps. Madenn le croit et le protège, cet enfant qu’elle connait depuis tout petit.
Le jour d’après, il y a une petite foule qui attend Isaac au promontoire. Pour le voir, essayer eux aussi de voir la Sainte Vierge.

La nouvelle s’est répandue jusqu’au continent. À Roscoff, le prêtre, Soeur Anne et Soeur Delphine, les fidèles, tout le monde prend le bateau et court au promontoire, tout le monde est au courant, la Vierge Marie apparaît à un adolescent, tous les jours.

Ce qui déclenche des réactions de toutes sortes, le rejet de certains iliens, le doute, la foule grossit, jusqu’à un moment où Madenn est forcée d’être là, pour protéger Isaac. Le doute, la haine des gens qui croient qu’il ment, hurlent à la mystification, et lorsqu’un miracle advient, que les medecins, ahuris, constatent, c’est toute l’ile, toute la Bretagne qui prend parti, le doute, le mensonge pour les uns, la vérité miraculeuse, une apparition mariale ; la maison d’Isaac est constamment entourée, presque envahie de curieux ou de gens qui veulent voir Isaac, et la maison de la miraculée également.

Un paroxysme de jalousie atteint aussi Soeur Anne. C’est elle qui devait voir, soeur Rose lui avait dit, elle a consacré sa vie à Marie, la priant tous les soirs, et voilà que c’est à un gosse que Marie apparaît ? Ce n’est pas possible. Comme ce n’est pas possible pour beaucoup qui croient que c’est un complot bien préparé. Et tous ces gens en colère vont déchaîner la violence sur cette petite Ile.

Victoria Mas aime le dix-neuvième siècle, et nous raconte l’histoire de Soeur Catherine Labouré, des Filles de la Charité, à Paris. Histoire peu connue, mystérieuse des apparition mariales, elle réussit à nous y intéresser aussi. Les apparitions mariales, il y en a beaucoup, reconnues ou non.
Avec son style simple mais élégant, sans fioritures ni grandiloquence, elle raconte la ferveur des foules, et aussi la violence des rancoeurs. C’est une histoire simple à lire, on ne peut poser le livre avant la fin.
Et je dois avouer qu’après avoir fini « Un miracle », je suis allée voir sur internet un peu partout des histoires sur les apparitions mariales. Sur Youtube également. Il y en a beaucoup dans le monde, seulement 7 sont reconnus par l’Eglise. Que l’on soit croyant ou pas, catholique ou pas, ce livre, partant d’un fait réel, enfin, d’une sainte du XIX e siècle, nous emmêne en bretagne, dans un lieu pétri de légendes, avec une histoire qui déclenche la curiosité des lecteurs. Et nous fait réfléchir aux évènements qui déclenchent la ferveur et aussi la violence des foules.
C‘est juste magnifique, intéressant, et je le conseille à tous. Pour le style, pour l’histoire, et pour tout ce que ça déclenche en nous.

Un miracle – Victoria Mas, editions Albin Michel, 18 août 2022, 220 pages.

10 commentaires

      • Moi c’est l’inverse, tu vois. J’ai choisi de me faire baptiser dans la vingtaine, j’ai eu des cours de catéchisme et puis j’ai construit ma vie de famille ( dans le péché en plus…LOL) et avec le quotidien je me suis éloignée de Dieu mais j’y reviens…et ça fait du bien. Je lis en ce moment beaucoup de livres catholiques et je pense en faire une catégorie sur mon blog. Merci pour ton abonnement, trop sympa!

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s