Ceux qui s’aiment se laissent partir – Lisa Balavoine …. Mega Coup de Coeur

Lisa Balavoine est de mes écrivaines préférées, je l’adore même. Depuis son premier roman, Eparse, son deuxième roman, un roman jeunesse « Un garçon c’est presque rien » et revoilà Lisa Balavoine avec son style si reconnaissable, en listes et fragments, racontant l’histoire d’une mère vue par sa fille, une mère qui élève seule sa fille, et qui l’aime si fort qu’elle ne se rend pas compte des difficultés que cette enfant, puis ado, a de s’adapter aux passions de sa mère, ses amours, ses déménagements, le manque d’argent, la folie douce, et elles dansent sur des chansons des années 70, 80, qu’on connaît si bien dans un décor qu’on connait bien, avec les objets quotidiens comme la pomme rouge boite à glaçons, les cigarettes Dunhill, la balance Terraillon à la cuisine, le papier peint à gros motifs, souvent les grosses fleurs orange et marron, les Françoise Sagan, le parfum Femme de Rochas, Veronique Sanson, l’intégrale Michel Berger, Eurythmics, China Girl de Bowie…. La mère danse dans le salon, cigarette à la main, dans ses rêves et ses chagrins. Sa fille l’admire, l’aime. Mais pour vivre, la jeune fille doit s’en aller. Vivre sa vie à elle, et non la vie de sa mère. C’est difficile.

Et dans la deuxième partie du livre, la narratrice, Lisa -car il est écrit « roman » mais comme dans Eparse, c’est je crois bien de l’autofiction, avec beaucoup de souvenirs que je partage aussi de cette époque- Lisa, donc, elle aussi mariée et divorcée, va rencontrer avec sa fille à elle, adolescente, des écueils, et la laisse partir, parce qu’elle l’aime.

C’est un roman qui touche au coeur, un roman où on se reconnait, soi, une histoire dite avec des mots si simples, pour raconter l’amour maternel, et l’amour filial. Une ode aux mères et aux filles, une ode à la maternité.

Je ne peux que recommander la lecture de ce magnifique roman qu’on ne peut pas lâcher avant la fin, tant cette histoire est émouvante, tant ce style est d’une perfection rare.

Ceux qui s’aiment se laissent partir – Lisa Balavoine, ed Gallimard, mai 2022, 150 pages

3 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s