Toute la vérité – Cara Hunter

Toute petite chronique pour ce cinquième tome des enquêtes d’Adam Fawley et de sa Brigade d’Oxford. J’ai jubilé dans la première partie du livre, l’écriture vivante et agréable de Cara Hunter, et surtout, surtout, il n’y a visiblement pas que moi qui ait été perdue l’an dernier dans le tome quatre au milieu des différents enquêteurs, de leur hiérarchie, de leur vie privée : l’auteure nous gratifie enfin d’un récapitulatif en prologue, afin de nous remettre les pendules à l’heure. Les policiers d’Oxford étant les personnages quasi principaux de ses livres, on s’y perdait d’une année sur l’autre.

Scandale à Oxford : une des professeures les plus connues et emblématiques de l’Université d’Oxford est accusée par l’un de ses élèves d’agression sexuelle. C’est le #metoo #victHim, la victime est masculine. Le souci, c’est qu’il faut « verrouiller » l’enquête, qu’elle ne « sorte » pas, ne fuite pas, car c’est une bombe qui peut ruiner une carrière. Mais bien sûr il y a des fuites, tweets bien renseignés même trop, qui ne nomment personne mais tout le monde reconnait l’accusée.

En même temps, on suit Adam Fawley et sa femme Alex, enceinte jusqu’aux yeux, stressée car elle n’est plus toute jeune, qui doit rester allongée, et qui craint la sortie d’un meurtrier emprisonné, qui a demandé sa libération. Alex est sa troisième « victime », celle qui a survécu, celle qui l’a fait « tomber » avec son époux Adam Fawley. Le coupable a réitéré ses menaces contre elle. Lorsque sa meilleure amie Emma est retrouvée morte, c’est le casse-tête. Qui aurait pu ??
Dans la deuxième partie, j’avoue que les podcasts sur le meurtrier Gavin Parrie, retranscrits, avec différents intervenants, m’ont saoulée. J’ai lu en travers. C’est en les écoutant qu’une partie de la vérité est comprise, mais j’ai trouvé ce montage très alourdissant pour la lecture.

Pourtant, je suis Cara Hunter depuis ses débuts.. mais là, je suis plus que mitigée. Je pense que de faire des faits divers sur les thèmes très actuels comme les ados transgenres (l’an dernier) et ici sur la part masculine des victimes d’agressions sexuelles n’aide pas forcément à nous plonger dans un « suspense haletant » comme les années précédentes. Et mettre l’accent sur les hiatus de communication entre les différents services de police, les problèmes hiérarchiques au sein de la Brigade d’Adam Fawley ainsi que leurs problèmes perso à chacun, c’est un peu « too much » pour un seul livre. Je me contenterais bien du duo Erika Somers + Adam Fawley des débuts. Et d’une bonne histoire effrayante, ce qui n’est pas du tout le cas ici.

Voilà, c’est tout pour moi. Moyen-moyen !

Toute la vérité – Cara Hunter, ed Hauteville/Bragelonne, fevrier 2022, 475 pages.

4 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s