L’enfant dormira bientôt – François Xavier Dillard

Non! Non! Non! Je n’accepte pas qu’un auteur, homme, qui écrit visiblement pour le lectorat féminin (au moins ses deux derniers livres) base son dernier bouquin sur une théorie honteusement fausse ! En prétendant que le déni de grossesse n’existe pas. Que le conjoint s’en aperçoit forcément, et que les néonaticides suivant parfois l’accouchement (que la fille, la femme ressent comme des coliques, non comme des contractions) sont le résultat d’un acte réfléchi et meurtrier, et que ces femmes sont folles à lier, des monstres prêtes à tuer chaque bébé qu’elles rencontreront au détour d’un couloir ! On connait tous l’affaire dite des « bébés congelés » de Veronique Courjault. Il y a quinze ans, cela a permis de dévoiler au grand public et en détail ce qu’est un déni de grossesse, ce qu’est un néonaticide. Le déni de grossesse est dû à un processus mental totalement inconscient de protection qui permet à certaines femmes de ne pas se rendre compte qu’elles sont enceintes. Ce processus peut durer jusque bien après l’accouchement. Prise d’horribles douleurs, aux toilettes, à la salle de bains, elles expulsent « quelque chose » qui fait partie d’elles. Un organe. Un morceau d’intestin. C’est laid, horrible, mais elles savent que « c’est à elles ». Alors elles les gardent près d’elles. Rien ne leur fait penser que c’est un bébé, elles n’ont pas été enceintes. Ça c’est le processus qui mène au neonaticide. Par contre lorsque la femme ou plus souvent la jeune fille en déni de grossesse se plaint de ces douleurs, elle est emmenée aux urgences et là, la grossesse est révélée.

Bref, pour ce livre j’ai été outrée dès le début. Ensuite, on met beaucoup de temps à rentrer dans le livre tant il y a de personnages qui n’ont au départ aucun lien entre eux. On commence à y voir plus clair seulement au milieu du livre. Il y a encore la policière Jeanne Muller qui est constamment vulgaire et brutale, pas du tout humanisée par une quelconque description, il y a les « Bébés Reborn », bon courage pour ceux qui ne savent pas ce que c’est, des moments monstrueux qui n’ajoutent rien à l’affaire. Alors, comme je n’ai pas aimé du tout je copie colle ci-dessous le résumé éditeur.

« Quoi de plus désarmant que de regarder un nouveau-né s’endormir dans vos bras… Mais êtes-vous certain qu’il se réveillera ? L’homme remonte l’escalier de la cave. Il a la démarche saccadée d’un automate brisé et tient dans ses mains deux petits sacs-poubelles recouverts de cristaux de givre. La dernière vision qu’il aura avant de plonger dans le néant restera éternellement gravée dans sa mémoire : du sac noir a glissé une chose atroce, innommable. Michel Béjart rêve d’une existence heureuse avec son fils Hadrien, mais tous deux ne guériront jamais du drame familial survenu quinze ans plus tôt. Une macabre découverte qui a brisé leur vie pour toujours. Michel essaie de se reconstruire au sein de la fondation Ange qu’il a créée pour la protection de l’enfance, et tente de surmonter son chagrin et sa culpabilité auprès d’une poupée  » reborn « , étrange bébé plus vrai que nature, qu’il chérit quotidiennement.
Un matin, la commissaire Jeanne Muller débarque à la Fondation. Des nouveau-nés ont été enlevés, et un vent de panique souffle sur les maternités parisiennes. Pourquoi Michel s’inquiète-t-il soudainement ? Les disparitions auraient-elles un lien avec la Fondation? En investiguant au coeur de cette institution tout entière tournée vers la parentalité, Jeanne ne tardera pas à comprendre ce que l’arrivée d’un enfant peut provoquer dans notre société, dans nos foyers et dans nos esprits. Le meilleur comme le pire…Une histoire où personne n’est vraiment innocent, pas même les enfants… »

En solidarité avec toutes les mères du monde, boycottons ce bouquin.

L’enfant dormira bientôt – François Xavier Dillard, editions Plon, Janvier 2022, 333 pages.

35 commentaires

  1. Salutaire coup de gueule, les hommes devraient peut-être parfois s’abstenir d’écrire sur des thèmes qui touchent trop au féminin et qu’ils peuvent traiter ainsi, de façon tellement détachée ou inconsciente, au point d’en être violents. Emmanuelle Pagano, une écrivaine que je découvre, a écrit Le Tiroir à cheveux, qui aborde (mais je n’en sais pas plus pour le moment, ma lecture n’est pas assez avancée) le thème du déni de grossesse avec sans doute bien plus de délicatesse. Et peut-être pas de façon centrale…

    Aimé par 1 personne

  2. Que de colère chère lectrice! Je suis désolé que ce livre vous ait déplu, cela arrive parfois. Je me suis certes emparé d’un thème au combien féminin mais ce n’est pas la première fois et sans doute pas la dernière! Je ne prétends pas proposer un essai sur le déni de grossesse, je ne suis pas médecin. Cela ne m’a pas empêché de rencontrer des psychiatres, des avocats, des femmes touchées par ce drame pour préparer ce livre. Après, de toute cette matière, j’ai écris… Un roman! Pas une thèse. Désolé que vous soyez passée à coté de mon histoire mais croyez-moi, elle ne mérite pas ce genre de réaction. D’ailleurs mes très nombreuses lectrices, dont parmi elles certaines ont peut-être connu cet enfer n’ont pas été choquées comme vous l’êtes. Mais c’est votre droit et , bien entendu je respecte votre avis. N’hésitez pas à essayer un autre de mes livres, je vous propose « Un vrai jeu d’enfant » qui abordent peut-être des thèmes moins polémiques.Merci toutefois de votre avis, il est tes important pour un auteur de connaitre l’ensemble des avis qu’il provoque, même quand ils sont aussi « tranchés ». Bonne soirée.

    Aimé par 1 personne

    • Ciel ! Je ne pensais pas que cette chronique soit remontée jusqu’à vous ! Je suis autant désolé que vous semblez l’être, mais j’ai pour habitude de dire mon avis, sans fard. Votre livre est blessant pour les femmes qui sont passées par cette chose difficile à vivre qu’est un déni de grossesse, pour leur conjoint, et celles qui en sont arrivées au néonaticide.
      Il est hors de question que je sois déshonnête en voulant plaire à un auteur, quelqu’il soit.
      J’ai lu un autre livre de vous il y a quelques jours (https://melieetleslivres.fr/2022/01/18/prendre-un-enfant-par-la-main-francois-xavier-dillard/) et je n’ai rien à dire de blessant. Uniquement le fait que ce n’était pas captivant.
      Ce n’est pas une pauvre lectrice parmi 1000 autres qui vous portera préjudice, il me semble.

      J’aime

  3. Pas de souci Mélie, j’ai un heureusement un peu plus de « 1000 lectrices  » mais chaque avis compte, le votre était motivé et c’est pour cette raison que je l’ai partagé aussi sur ma page FB. je traite souvent des thèmes qui touchent, des sujets difficiles, graves et pour ceux qui les ont vécus dans leur chair c’est aprfois difficile. mais je ne peux pas prétendre à traduire l’ensemble des sentiments et des raisons qui ont traversés ces victimes ou ces bourreaux…. Continuez à donner votre avis sans fard, c’est très utile pour les auteurs. Bonne soirée

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s