Prendre un enfant par la main – François-Xavier Dillard

J’ai l’impression d’avoir vu passer ce livre sur les blogs il y a des années. En fait il est sorti en 2020. Mais il ne me faisait pas du tout envie : le titre et l’image sont trop « racoleurs » à mon goût, et emmênent votre esprit vers des contrées d’ « histoires d’enfants abusés par des pédophiles », et ça, non merci. Mais à force, j’ai regardé le résumé et je me suis prise à le commander, ne serait-ce parce que je n’ai jamais lu cet auteur. Et parfois on a envie de thrillers vite lus, vite oubliés. Alors je me dépèche de faire une toute petite chronique avant de l’oublier.

Marc et Sarah ont deux enfants, Clémentine et Gaspard. Clémentine, 10 ans a disparu en mer alors qu’ils étaient sortis en mer sur leur bateau malgré les mises en garde de la météo, annonçant un temps agité, voire une tempête.

Quatre ans plus tard, Marc et Sarah ont donné une petite seur à Gaspard, mais Sarah est inconsolable. Elle s’avoue même qu’elle a du mal à aimer qui que ce soit à part sa fille morte. Le jour où deux femmes s’installent avec leur fille Gabrielle dans l’appartement en face du leur rouvre cette plaie non cicatrisée. En effet, Gabrielle ressemble étrangement à Clémentine, elle a l’âge que Clémentine aurait si elle avait vécu, c’est un véritable tremblement de terre psychique pour Sarah.

Dans le même immeuble, il y a Marie, la soixantaine, veuve sans enfants, qui est devenue la bouée de sauvetage de Sarah : elle l’écoute et la réconforte depuis la mort de la petite Clémentine… Elle ne l’a jamais dit à personne, mais Marie a aussi perdu une fillette de 10 ans, en Allemagne de l’Est, avant la chute du Mur de Berlin. Dans un affreux accident de la circulation.

Sarah finalement fait la révélation de la perte de sa fille à ses nouvelles voisines, grâce à Marc qui décide d’expliquer pourquoi sa femme a l’air de se trouver mal à chaque fois qu’elle voit Gabrielle. L’adolescente, qui devient baby sitter pour les deux enfants de Marc et Sarah, prend cette mère, cette troisième mère, pour confidente. Des liens se nouent.

Un jour, Gabrielle disparaît. C’est la panique pour toutes les familles.

C’est un thriller distrayant, facile à lire, mais je dois le dire, pas très captivant. Les indices sont plaqués comme des éléphants dans la savane, les personnages principaux sont peu décrits….. Quant à la police…. la femme chargée de l’enquête est outrageusement mal embouchée, c’est ridicule ce personnage caricaturé à l’extrême, qui méprise tout le monde, c’est une horreur. Et je ne parlerai pas de l’avocat « Duviaduc-Viletti » qui cache très mal un « Dupont-Moretti ». En fait, ce n’est pas très « addictif » ce polar. C’est même un peu simpliste.

Si l’on saute les passages de la policière, le bouquin passe bien, et s’oublie vite.

Prendre un enfant par la main – François-Xavier Dillard, ed Pocket, 2021, 350 pages

5 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s