American Rust – Philipp Meyer

Ce livre est sorti en 2010 sous le titre « Un arrière-goût de rouille » chez Albin Michel déjà, et ici, Francis Geffard, directeur de la collection « Terres d’Amérique » sort de nouveau ce livre mais avec une nouvelle traduction, un autre titre.

En Pennsylvanie, Isaac, vingt ans, frêle mais surdoué, a décidé de partir de chez lui. Enfin. Ça fait dix ans que son père a perdu l’usage de ses jambes dans l’usine de sidérurgie où il travaillait, sa mère s’est noyée volontairement dans la rivière il y a cinq ans, sa soeur Lee est partie à ce moment-là à Yale et suit des études de droit. Elle aussi est surdouée. Isaac qui avait quinze ans, s’est senti obligé de rester auprès de son père, et a sacrifié son rêve d’études en physique pour aller travailler à la quincaillerie du coin, avec son ami Billy Poe, jusqu’à ce que cette quincaillerie ferme il y a quelques semaines. Poe aurait pu également suivre un parcours étudiant car c’était un prodige en foot américain. Mais il a loupé sa chance, il ne sait plus exactement pourquoi. Les deux amis ont décidé de partir pour la Californie, s’inscrire en fac, Isaac a pris les 4 000 dollars que son père cachait, préparé un sac avec ses carnets, des vêtements chauds car on est en hiver, et, le soir venu il file chez Poe, qui doit l’attendre.
Mais arrivé au mobil home de Poe, au bord de la forêt, c’est la douche froide : Poe ne veut plus partir, lui. Il a vu des cerfs, et a l’intention d’aller chasser le lendemain. Il n’aime que ça, la nature, la chasse, et manger du gibier. Et accessoirement, se battre. Sa mère cumule les boulots, elle n’est pas encore rentrée. Quant à son père, il vit ailleurs, revient parfois mais ça ne marche jamais avec Grace. Et on sent bien que son fils non plus ne l’intéresse pas. Finalement, Poe accepte d’accompagner Isaac, mais jusqu’à Pittsburg seulement. Après une marche de quelques heures, entre usines démantelées, à l’abandon, maisons vides, berges verdoyantes de la rivière, une pluie glaçante se met à tomber. Ils décident de s’abriter dans un entrepôt désaffecté le long des voies ferrées, et là, un drame survient. Attaqués par trois vagabonds qui réclament leur lieu, Isaac sort vite, tandis que Poe se fait menacer d’un couteau, il pense qu’il va se faire violer. il se défend, et Isaac vient à son secours, et les deux se sauvent. Un des trois hommes est mort. Poe rentre chez lui, Isaac continue sa route, seul.
À travers les villes fantômes, croisant des SDF, des junkies, et des types qui cherchent la bagarre. Il réfléchit, il pense. à sa soeur Lee, qui est partie suivre ses études et s’est mariée, sans jamais revenir. Lee, qui a choisi de le laisser seul à quinze ans, avec la charge du père très dépendant. Quant à Poe, il pense à Lee, parce qu’il l’a toujours aimée. Poe, cette nuit soigné par sa mère. Qui ferait tout pour lui. Sa mère qui pense à Bud Harris, le shériff de cette petite ville en perdition, et qui est son amant depuis des années.
Quant à Harris, prévenu d’un crime perpétré dans un des entrepôts, lorsqu’il arrive sur la scène de crime, il aperçoit par terre le blouson de Poe et le cache vite fait. Parce que ça fait plusieurs fois qu’il sauve les fesses du fils de Grace, pour Grace.
Mais à dix-huit mois de la retraite, il comprend, à force de discussions avec ses amis, certains anciens collègues, certains voyous rangés, que non seulement la région est presque morte économiquement parlant, mais que le nouveau juge, les nouveaux policiers aussi ont une autre façon de voir les choses. Ce genre de tours de passe-passe, c’est fini.
Cinq personnages : Isaac, Poe, Lee, Grace et Harris, cinq façons de voir le vie et d’en baver, de l’amérique qui sombre. Entre une nature luxuriante et les usines sidérurgiques qui rouillent, le chômage, la drogue, la violence, c’est un portrait social de l’Amérique en train de rouiller.

American Rust – Philipp Meyer, Albin Michel coll. Terres d’Amérique, 482 pages, octobre 2021

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s