Le poids de la couleur rose

Ce livre, je l’ai lu hier. Je pensais tomber sur un plaidoyer contre les objets « genrés », les jouets roses, les accessoires de vie roses « pour les filles », ce genre-là. Eh non, rien à voir, c’est un petit roman parlant des modifications du corps chez les filles. Mais. Je n’ai vu que des choses et des personnages mal campés, on n’a aucune idée ni de l’âge de la demoiselle, ni de la génération où elle vit : il n’est mention d’aucun téléphone ni ordinateur, elle a un diplôme à passer du primaire au secondaire (???), sa famille n’est pas décrite, c’est le flou total. C’est écrit en très grosses lettres, le texte est d’une inanité absolue, et il met même dès le début une scène où cette petite fille est attaquée par un gamin exhibitionniste et pervers, c’est QUOI CE TRUC ?


Elle découvre que sa copine a du sang sur les jambes dans un spa (??) et que la mère de sa copine lui dit : ça va aller, tu en riras plus tard. C’est tout ce qu’on trouve sur les premières règles. Pas un mot de plus. Pas rassurant pour une préado. Et je connais peu de filles qui ont une hémorragie pour leurs premières règles. Aucune explication, rien pour expliquer ni rassurer.
Rien sur le harcèlement , aucune réflexion sur ce gamin de son école pervers, qui une autre fois lui pincera le sein !!!!!! Alors que justement elle n’en n’a pas. Ils ont à mon avis 10 ans !
Sa mère, à la fin de ces 100 pages qui m’ont mise hors de moi, l’emmene acheter des soutien-gorge. À 10 ans et sans poitrine ! Voilà pour le « Ton corps change ».


J’ai lu tant de livres jeunesse, pour les filles parlant de ces problêmes autrement et magnifiquement, sans y peser lourdement. Au cours de super histoires. Lisez Anne Fine, Judy Blume, Marie-Aude Murail, Christine Nöstlinger chez L’école des Loisirs, coll Neuf en poche ou médium poche. J’en ai acheté pour ma fille, beaucoup, c’est drôle, chaleureux, prenant, (je les ai lus, je suis éduc, aussi)
Ce livre ci est à déconseiller.
Le contenu est choquant et plat à la fois, du niveau des « Martine ». Je suis en colêre mais il y a de quoi !
L’écriture est plate mais correcte, sauf que, surprise, la mère dit vers la fin que les garçons sont « cons ». Moi, les grossièretés j’accepte lorsque le contexte ou le style du livre est dans le ton. Or non, le mot vulgaire et insultant est posé là, comme si c’était normal. À fuir, en courant. Ça fait juste peur, effet vraiment contraire au but visé visiblement par l’auteure.

Livre reçu dans le cadre d’une Masse Critique Babelio en partenariat avec les éditions ‘Alice.

Le poids de la couleur rose – Nathalie Lagacé editions ‘Alice, Novembre 2021, 119 pages. Avec illustrations crayonnées. 12 €

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s