Puzzle – Cynthia Stewart


WordPress m’annonce que c’est ma 500e chronique… 😳😳

Voici un de mes livres préférés, que j’ai depuis mes… seize, dix-sept ans, je ne sais plus. Ma mère avait récupéré des livres jeunesse avec quelques meubles très moches chez une vieille dame dont les enfants vidaient la maison. Ce livre était dans le tas, déjà vieux et abimé. Il est sorti en 1973. Je crois que je l’ai lu au moins 6 fois (on n’avait pas grand-chose à se mettre sous la dent, question lecture, à l’époque). Je viens de le relire…. genre 25 ans plus tard. C’est de ce livre dont je parlais à propos de « The Gift« .

L’histoire : une jeune femme se réveille dans une salle vide d’un hôpital, à Birmingham, Angleterre. Elle ne sait pas pourquoi elle est là. Ni qui elle est, en fait. Un medecin lui dit qu’elle a été dans le coma pendant trois mois, après une opération du cerveau, pour enlever une tumeur. On lui dit qu’elle s’appelle Kathleen Randall. Ça ne lui dit rien. Que son mari, qu’on a appelé dès son réveil, s’appelle David, et qu’ils ont une petite fille, Prunella. Cela n’évoque rien pour elle. Elle commence à paniquer, mais deux medecins, un psychiatre et un neurologue, notant tout ce qu’elle dit, la rassurent en disant qu’une amnésie passagère n’est pas anormale, après son opération.

Lorsque son mari arrive, il se précipite sur elle et se met à l’embrasser un peu trop….profondément. Kathleen le repousse, en lui disant qu’elle ne le connaît pas. Son visage, sa voix lui sont inconnus. Les médecins la rassurent, « Ça va revenir »…. C’est Kathleen la narratrice dans ce livre, elle essaie de suivre ce qu’on lui dit : être patiente, compter sur son mari pour la rassurer et combler les pièces du puzzle pour qu’elle récupère vite. Ce qu’elle fait. Mais lorsqu’elle se regarde dans un miroir, elle ne se reconnaît pas. Lorsqu’on l’autorise à rentrer chez elle, c’est la catastrophe, la petite se précipite sur elle, mais Kathleen ne ressent rien, à tel point que l’enfant, une petite peste de 9 ans, le sent et lui dit qu’elle n’est « pas pareille ». Arrivée « à la maison », grosse maison bourgeoise, Kathleen déteste aussitôt la déco et les meubles, elle a comme une sensation que ce n’est pas elle qui a conçu cette décoration, elle s’y sent mal à l’aise. Les relations avec son mari sont « normales », pour une jeune femme de 26 ans qui a un mari très amoureux, elle essaie de redevenir celle qu’il aime, et se prend à ressentir une sorte d’amour conjugal.

Mais il y a des problèmes. Lorsqu’elle demande à sa belle-mère à quelle église ils vont, c’est la catastrophe : elle n’est pas catholique, personne n’est catholique ici, tout le monde va au Temple Protestant. Lorsqu’elle parle de ses études, elle croit qu’elle devient folle. Elle se souvient de l’école des Soeurs, dans le Kent, pas de l’institut laïc dont on lui prouve qu’elle l’a fréquenté toute sa scolarité. Sans parler de la belle-mère qu’elle était censée ne pas aimer, d’après son mari : en fait elle s’aperçoit que leurs relations sont chaleureuses.. Mrs Randall mère va jusqu’à lui confier qu’avant l’opération, elle était un peu guindée, voire snob et autoritaire. Kathleen, pourtant en contact chaque semaine avec un psychiatre de l’hôpital, pense qu’elle est folle. Atteinte d’une maladie mentale. Les psys, eux, lui répètent que ça arrive, ce sont des illusions dues probablement à l’opération, ça va s’arranger….

Le problème, c’est que des bribes de souvenirs reviennent, mais sont en contradiction avec son histoire. Son mari semble avoir peur d’elle. Il boit et la trompe. Kathleen se sent mal. Elle est un jour attirée par le train de Stratford-sur-Avon. Pas parce que c’est la ville de naissance de Shakespeare, c’est plus profond. Cette ville signifie quelque chose pour elle. Elle fugue de chez elle de plus en plus souvent, et si elle se sent à l’aise dans cette ville, elle est perdue entre ces deux mondes…

Je n’en dévoile pas plus, le suspense est infernal. Ce livre est sorti en France en 1973 chez Albin Michel et n’a jamais été réédité, Ni sorti en poche. Pas moyen de savoir en quelle année il est sorti en Angleterre. Je ne trouve rien sur le net à propos de l’auteure sauf ce qui est écrit sur le rabat du livre :  » Cynthia Stewart est née près de la frontière septentrionale de l’ Inde. Sa vie aventureuse l’a menée pendant la guerre dans le service volontaire féminin en Birmanie et au Tibet. Elle a aussi vécu au Kenya. Elle est infirmière. Puzzle est son troisième roman ». Vous avouerez que c’est peu. Avec une photo style photo d’identité en noir et blanc, on dirait ma mère dans les sixties…

L’écriture est un peu désuète au début, mais on s’y fait très vite. C’est plein d’humour, et on s’aperçoit dans les derniers chapitres que l’action se passe dans un futur proche, c’est à dire que si le bouquin a été écrit au début des années 70, l’auteure semble indiquer que l’histoire se passe milieu des années 80, minimum.
Il est question d’expérimentations de transplantations d’organes en 1979, et du passage à l’acte sur les humains plusieurs années plus tard. C’est donc de l’anticipation, vraiment bien amenée, avec des questions sur la mémoire cellulaire.
Cette auteure a écrit là un formidable thriller mettant en exergue des thèmes qui seront très courants 50 ans plus tard. J’ai adoré le relire hier soir, même si je savais l’explication. Les personnages sont vraiment bien, ça coule d’une façon fluide. J’adore toujours autant, même si mon exemplaire a les pages toutes jaunies maintenant. Ce livre est quasiment introuvable. On ne sait rien sur l’auteure, c’est un ovni venant du passé…

Puzzle – Cynthia Stewart, ed Albin Michel, 1973, 270 pages, traduit par Thèrèse Lauriol

5 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s