La saison des feux – Celeste Ng

L’histoire : Rues bien droites, pelouses au cordeau, rien ne dépasse. À Shaker Heights, banlieue huppée de Cleveland, tout est luxe, calme et sérénité… Dans ce tableau bourgeois, les Richardson ne détonnent pas. Père avocat, quatre ados sans histoire. La famille modèle. Tout le contraire de leurs nouveaux locataires : Mia Warren, artiste photographe, anticonformiste et bohème à souhait, et sa fille Pearl. Elles sont aussi nomades que les Richardson sont sédentaires, aussi libre qu’ils sont prisonniers des apparences.. Alors qu’au début la cohabitation semble plutôt chaleureuse, insensiblement les rapports vont se crisper, et l’embrasement est inéluctable.

J’avais ce bouquin dans un coin de la tête depuis que j’étais allée faire un tour du côté du catalogue des Editions Sonatine. Cette maison d’édition ne me déçoit que rarement. Des livres de suspense, des thrillers (manipulation mentale et frissons, comme dit la définition), polars glaçants, bref, j’avais repéré celui-ci. Et mis dans ma « Wishlist » mentale. Et lorsque je suis partie récemment chercher des polars/thrillers en poche chez Les Libraires, j’ai retrouvé ce titre en pocket. Et… j’ai eu raison de l’acheter.
C’est un bouquin marquant, remarquablement écrit, remarquablement fin et très prenant. C’est l’histoire de deux familles, mais surtout des relations entre les mères et les enfants, des relations entre frères et soeurs, l’adolescence, les choix de vie de chaque mère, leur façon d’éduquer leurs enfants, l’impact de ces décisions sur l’écoute, la communication, les drames dûs à cette non-communication parfois.
Le livre commence par un incendie, l’incendie qui brûle la grande maison centenaire des Richardson. De dehors, ils regardent le drame. Les 3 ados prennent ça à la légère, persuadés que leur soeur Izzy, 14ans, la rebelle de la famille, est à l’origine du feu, et cela ne semble pas les surprendre. Izzy ne fait rien comme les autres, la preuve, elle s’habille comme une rebelle.

Mme Richardson tient à son « rang » dans cette petite ville, la maison où ils vivent est une des plus anciennes, elle a épousé un avocat de la ville, son amoureux depuis le lycée. Elle-même qui se voyait grande journaliste, a débuté dans le journal local, et en s’occupant de ses quatre enfants, elle est restée à la rubrique des petits évènements de Shaker Heights. Elle en est assez mécontente, elle aurait pu faire des reportages.. mais son rôle de mère, d’une famille pionnière, lui demande plutôt de tenir son rôle de bonne mère, de dame patronnesse.
Mia, quand à elle, vient d’arriver en ville. Sa fille de 16 ans est arrivée avec elle, dans sa vieille Volkswagen, avec toutes leurs possessions à l’intérieur. Mia a trouvé cette location, à l’étage d’une maison qui appartient à Mme Richardson, un peu à l’écart du quartier bourgeois. Pour un prix modique. Mme Richardson lui a conseillé l’école où vont ses enfants, pour Pearl. De bonnes familles, de très bons résultats.

Pearl fait connaissance avec les enfants Richardson, qui ont entre 14 et 18 ans. Deux filles, deux garçons. Dont Moody, qui est vite devenu l’ami de Pearl, et qui l’invite chez lui, dans sa maison, au milieu de toute la famille Richardson. Pearl n’a jamais connu une famille pareille. De l’argent, des meubles anciens, une femme de ménage, des sorties.. un autre monde pour elle, qui vit dans le dénuement, est fille unique d’une femme seule et indépendante.
La rencontre de ces deux mondes va provoquer des réactions en chaine, et le comportement de Mia, sa façon de vivre est tellement étrangère à Mme Richardson qu’elle va provoquer en elle une méfiance malvenue, une incompréhension totale, une défiance qui mènera les enfants et les adultes à d’imprévisibles sentiments et à des évenements impensables qui les bouleverseront à vie.
Une écriture parfaite, qui instille dès le début une tension, sensation que quelque chose va mal se passer. L’auteure tient en haleine le lecteur, et c’est passionnant. La peinture d’une vie américaine, d’un microcosme de petite ville, et c’est très prenant. Les personnages sont attachants, tous, et leur passé qui est dévoilé peu à peu les rend encore plus vivants. Une merveille de bouquin. Une auteure que je vais suivre, c’est sûr !

La saison des feux – Celeste Ng, editions Sonatine 2018, ed Pocket 2019, 470 pages

Un conseil, si je peux : comme je suis très sédentaire, et que je préfère commander mes livres en ligne, j’achète sur le site « Les Libraires » ( https://www.leslibraires.fr ), et je peux choisir chez qui, dans quelle librairie j’achète mes livres. Parce que Les Libraires est une plate-forme qui vous permet de faire vivre les librairies, où que vous soyez. Il y a environ 300 librairies qui proposent chaque livre que vous pourriez chercher, neufs ou occasions. Et ça évite les achats chez Amazon. Bon, vous payez le port, fort raisonnable, mais nos librairies ne mourront pas si on fait tous cela… voilà. Pour ma part, à Lille il y a « La Chouette Librairie » (https://www.lachouettelibrairie.com) qui est sur la plateforme des Libraires, c’est là où j’irais si je le pouvais, et ils sont très sympas. Par la page des Libraires, je peux payer par virement, ce qui me va parfaitement. Et boycottons Amazon.

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s