La Passe-Miroir tome 1-Les fiancés de l’hiver – Christelle Dabos

IMG_5035

Voici le premier tome de ce qui devient une saga : La Passe-Miroir. Le 4e tome vient de sortir. C’est un roman pour la jeunesse, ou jeunes adultes, moi en général j’aime bien. D’ailleurs j’avais lu juste avant ceci un pavé, qui est le premier tome d’une saga : Lady Helen. (Chronique en cours.. ). Le livre que je tente de chroniquer aujourd’hui a reçu le Grand Prix de l’Imaginaire 2016, et le Prix du Premier roman 2013. Il y a des clubs « La Passe-Miroir » sur le net. Des pages facebook. Des groupes. C’est un engouement incroyable. Alors j’ai voulu voir, de mes propres yeux. Je vous pose la 4e de couverture :

« Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers : elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l’arche d’Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. À quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d’un complot mortel. Une héroïne inoubliable, un univers riche et foisonnant, une intrigue implacable. Découvrez le premier livre d’une grande saga fantastique et le talent d’un nouvel auteur à l’imaginaire saisissant. Grand prix de l’imaginaire 2016″

J’ai commencé par bien aimer l’ambiance du début, style Harry Potter. J’ai aimé la représentation des mondes, les « Arches ». Il semble que la Terre ait explosé, mais des morceaux flottent dans l’espace, où des familles ont élu domicile. Le temps semble être figé au XIXe siècle. Les constructions sont gothiques. Il ne semble pas y avoir d’animaux, à part des chiens géants. Les voyages entre les mondes se font en Zeppelins. Tout marche au gaz, pas d’électricité. Chaque monde est différent, chaque monde a donné a ses habitants certains pouvoirs. Ophélie peut « lire » les choses, les objets. Elle arrive dans le monde gelé de son promis et il ne lui prête aucune attention. On sait de lui qu’il est grand et qu’il a des yeux « acérés », « tranchants », de rasoir » etc (on parle de ses yeux ainsi et sans arrêt). Elle ne fait que le croiser, aucun sentiment. Pas de description des personnages principaux. L’histoire que je retiens de ce bouquin est que, pour d’obscures raisons inexpliquées, elle doit rester cachée ou dissimulée, personne ne doit savoir. Alors..

Alors on s’ennuie à mourir ! Il ne se passe rien. On ne sait rien. Ça ne bouge quasi pas. Je me suis FORCÉE à continuer. Mais je n’ai pas arrêté de me laisser distraire par d’autres choses, genre tricot, broderie, lecture des articles des blogs, facebook, la télé… je devais me pousser à continuer. Je suis allée jusqu’à la page 312 (sur 570).  J’ai fini par déclarer forfait. J’étais en train de décéder d’un ennui profond. 

Tout ce que j’en retire de positif c’est la jolie écriture de l’auteure, et l’extraordinaire « worldbuilding », comme on dit dans la Fantasy SF and co. En bon français, c’est l’inventivité de l’auteure pour avoir construit ce monde totalement imaginaire, les décors, les costumes, les pouvoirs, les esprits fondateurs.. mais pour moi ce n’est pas suffisant, il faut qu’il se passe des trucs.. si ça tombe, ça commence page 400… mais je n’ai pas pu aller jusque là. 

La passe-miroir tome 1 – les fiancés de l’hiver – Christelle Dabos, 2013, 570 pages. Editions Pôle Fiction Gallimard, Format poche.

 

 

 

 

 

11 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s