Promenez-vous dans les bois – Ruth Ware

IMG_4200

IMG_4212

Micro-chronique ici, j’avais adoré tout récemment le dernier de cette auteure « La mort de Mrs Westaway », j’ai donc acheté d’occase les autres romans de Ruth Ware. Celui-ci est son premier roman-thriller, et déjà bien à fond dans le sombre et le suspense, et l’ambiance lourde qui se resserre (du coup, lu cette nuit sans pouvoir le poser). J’ai mis les deux couvertures car j’ai juste vu à l’instant qu’il a été publié en pocket ensuite. J’ai eu l’édition grand format de chez Fleuve Noir, de 2016, le pocket est sorti en 2017

J’ajoute un bon coup de gueule pour le titre français. C’est Promenez-vous dans les bois… pendant que vous êtes encore en vie.  Et le titre original est In the Dark, Dark Wood (C’est-à-dire Dans le sombre, sombre bois)…   MAIS POURQUOI FAUT-IL INVENTER DES TITRES ? Et à ce point détestables ? Bref.

Je vous recopie UNE PARTIE de la 4e de couv’ parce qu’évidemment elle spoile toute l’intrigue. :

Dans la nuit noire du Northumberland, derrière la façade de verre d’une maison isolée, l’enterrement de vie de jeune fille bat son plein. Ils sont cinq autour de la table basse, imbibés d’alcool. La séance de spiritisme va débuter.Mais derrière les sourires convenus, Nora peine à cacher son malaise, tandis qu’une cascade de questions lui torture le cerveau. Que fait-elle là ? Pourquoi a-t-elle été invitée ? Et sur tout, pourquoi a-t-elle accepté de venir ? Voilà dix ans qu’elle n’a pas vu Clare, la reine de la fête, son ex-meilleure amie du lycée. Dix ans de non-dits, de rancune et de souffrance. Comment faire comme si de rien n’était ?Dans la nuit noire du Northumberland, il n’y a pas que la lune blafarde au-dessus des cimes sombres…..

Suspense anglais, donc plus fin que les grosses ficelles des américains qui rassemblent des petits couples dans la forêt, sur le chemin d’un psychopathe. C’est une histoire d’anciennes amies, qu’en fait on n’a pas trop envie de revoir. Et ça peut tourner mal, ce genre d’histoires.

Je n’en dis pas plus, il n’y a rien à gagner à dévoiler trop un thriller. Sachez que c’est très bien écrit (à part le titre), que l’auteure a vécu à Paris (ce pour expliquer les quelques références françaises au début), qu’on plonge très vite avec Nora dans ce week end trop bizarre, trop étouffant. C’est parfaitement maîtrisé de bout en bout. Amateurs de suspense (il n’y a pas de « gore »), ce livre est pour vous ! 

6 commentaires

  1. bien d’accord les titres mal traduits, et les 4e de couverture qui révèlent tout me hérisse.Il y a des romans que j’ai choisi à cause d’elles qui ont été des déceptions (l’inverse est vrai aussi, et j’ai passé mon chemin alors …

    Aimé par 1 personne

  2. Titre mal traduit, je bloque un peu aussi. Mais on se laisse attraper par l’intrigue apparemment et malgré, peut-être, supposément, une traduction approximative du texte. Alors pourquoi pas? Mais en VO!

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s