Einstein, le sexe et moi – Olivier Liron

IMG_6834

Einstein, le sexe et moi a remporté le Grand Prix des blogueurs littéraires 2018, et j’ai été surprise, moi qui avais voté pour La vraie vie de Adeline Dieudonné. Et le titre ne m’avait pas inspirée, pensant à un truc du style post-Sex and the City.  Je me trompais lourdement, si seulement j’avais lu la 4e de couverture ! Si seulement j’avais commencé à lire les blogs littéraires ! Mais ça, j’ai commencé bien plus tard.. en Septembre 2018. Donc je ne l’ai pas lu avant… hier.

« Je suis autiste Asperger. Ce n’est pas une maladie, je vous rassure. C’est une différence. Je vais vous raconter une histoire. Cette histoire est la mienne. J’ai joué au jeu télévisé Questions pour un champion et cela a été très important pour moi. »
Nous voici donc en 2012 sur le plateau de France 3 avec notre candidat préféré. Olivier Liron lui-même est fort occupé à gagner ; tout autant à nous expliquer ce qui lui est arrivé. En réunissant ici les ingrédients de la confession et ceux du thriller, il manifeste une nouvelle fois avec l’humour qui est sa marque de fabrique, sa très subtile connaissance des émotions humaines. » (4eme de couverture)

 

Lorsque j’ai ouvert le livre, puisque j’avais lu que l’auteur était autiste Asperger, je m’attendais à un livre comme celui de Joseph Schovanec : Je suis à l’Est, mais pas du tout, en fait. Dans le premier tout petit chapitre, il explique ce qu’il est, et ce qu’il perçoit du monde, et ce qu’il n’en perçoit pas. L’humour pointe déjà. Et lorsqu’il annonce qu’il va parler de son passage dans l’émission Questions pour un champion, en 2012, époque Julien Lepers, j’avais hâte de lire la suite. Ce jeu, je le regardais avec ma grand-mère, même à la fin de sa vie. J’ai toujours trouvé Julien Lepers tellement insupportable que j’en riais.

J’ai continué à rire pendant tout le livre. Les chapitres sont les étapes du jeu : le Neuf points gagnants, le Quatre à la suite, le Face à face, et la Finale.

À chaque étape, chaque phase du jeu, il vit totalement le combat  contre les autres candidats, et la concentration l’amène à parler par associations d’idées, de sa famille, de son parcours d’enfant différent avec les brutalités dont il est victime à l’école, son incapacité à comprendre quoi faire avec les filles, alors qu’il le sait théoriquement… son humour fait tout passer : toutes ses difficultés, et toutes ses capacités, ses révisions, sa mémoire immense, ses connaissances incroyables, et le rythme du jeu, avec Julien Lepers et ses envolées délirantes lorsqu’il commente les réponses des candidats, lorsqu’il pose ses questions, et lorsqu’il se trompe dans le nom des candidats, lorsqu’il confond les profession de chacun des 4.

Occupé à gagner le jeu, il décrit avec acuité et décalage obligé ses adversaires, Renée-Thérèse qu’il appelle Mamie Potiron, Jean-Michel, Caroline, et aussi Michel, le super-champion indétrônable qu’il doit abattre, un homme qui caresse sa barbiche comme un diable, qu’il compare à un tigre, et il doit se concentrer à mort même si Julien Lepers devient délirant : la tartiflette, la réponse à une des questions l’amène à déclamer à plein poumons la recette entière de la tartiflette. Moment épique. Les moments épiques sont hilarants, et sont nombreux.

IMG_6835

Ci-dessus, l’auteur en action contre le Super-Champion. Olivier Liron le battra, et remportera la cagnotte des Super-Champions après cinq victoires. Et il a tout arrêté pour commencer à écrire, il s’est inscrit dans une école de théâtre et une école de danse japonaise, qui l’aidera à libérer son corps.

Ce bouquin parle de différences, mais aussi d’humanité. L’humour, manié par un autiste est une merveille de 1er degré qui vous emmêne au 7e (ciel). Une candeur dans le récit, une affection pour l’animateur dont il connait tout, et surtout ses rêves brisés de chanteur, il y a là de quoi mourir de rire tout en découvrant en même temps les difficultés d’une personne « avec autisme », comme dit Joseph Schovanec, pour décoder le monde et s’y intégrer. J’ai lu ce livre sur la journée d’hier. C’est à la fois intéressant et hilarant. On se concentre dans cette course à la bonne réponse avec l’auteur, on le soutient de toutes ses forces. Pour sa plume, cet humour, cette candeur, ses connaissances incroyables, son parcours de vie, on l’aime, cet Olivier Liron.

Plus sur l’Auteur : 

Olivier Liron est né en 1987. Normalien et agrégé d’espagnol, il enseigne la littérature comparée à l’université Paris 3-Sorbonne Nouvelle avant de se consacrer à l’écriture et au théâtre. Il se forme en parallèle à l’interprétation et à la danse contemporaine à l’École du Jeu et au cours Cochet. Son premier roman, « Danse d’atomes d’or », est publié en 2016 chez Alma Éditeur et reçoit un accueil remarqué. Il est également l’auteur de pièces de théâtre, de scénarios pour le cinéma et de fictions sonores pour le Centre Pompidou. En 2017, il adapte son roman « Danse d’atomes d’or » pour le cinéma dans le cadre de la promotion « Adaptation de romans » de la Fémis. Son deuxième roman, « Einstein, le sexe et moi », paru en 2018 chez Alma Éditeur, est sélectionné pour de nombreux prix comme le Prix Femina, le Grand Prix des Blogueurs et le Grand Prix des Lectrices Elle.

 

 

Einstein, le sexe et moi – Olivier Liron, Alma Editeur, 2018, 195 pages, 18 €

13 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s