La horde – Sybille Grimbert

 

img_6158Ganaël rêvait depuis des siècles de posséder un être humain quand il a rencontré Laure, 10 ans, une petite fille vive, drôle, si douce. Maintenant il est en elle, et il raconte son irrésistible prise de pouvoir sur Laure. Bientôt, il pourra lui apprendre la cruauté, la voracité, l’absence totale de pitié qu’il est venu répandre dans le monde. Mais les humains sont un peuple étonnant : rien ne se passera comme prévu – ce sera pire. (résumé éditeur).

Mon résumé : Un démon minuscule réussit à s’enfuir de l’au-delà des démons, c’est-à-dire un marais puant, regorgeant d’autres démons. De là, ils voient ce qui se passe sur la terre « rien de palpitant depuis le Crétacé ». Le petit démon arrive chez la petite Laure, dix ans, qu’il regarde depuis 5 ans. Il prend possession du Playmobil porte-bonheur de Laure, qui est posé sur la table de nuit. Mais il tombe, est écrasé par un pied de la maman de Laure, et donc s’infiltre en Laure, dans un petit millimètre au-dessus de la hanche de celle-ci. Jour après jour il va essayer de grandir en elle, afin qu’elle devienne celle qui dominera le monde par le mal. Mais Laure ne le sent pas. Il lui parle sans arrêt, elle est persuadée qu’elle se parle à elle-même. Il l’entraîne à faire des bêtises, elle en fait, mais on lui pardonne, c’est encore une petite fille. Mais ce démon, Ganaël, n’a pas perdu la partie..

Mon avis : Déjà, le bandeau rouge sur ce livre qui dit  » Vous pensiez que rien n’était plus angoissant que L’Exorciste? » me fait rire, après la lecture du livre. Ça n’a aucun rapport. Ce livre n’est PAS angoissant à ce point. Les seuls deux points communs sont « démon » et « petite fille ». Et ce démon-ci est un peu ridicule, et surtout sans pouvoir. Il voit la petite fille, ses parents, amis, relations, il reconnaît même dans une vieille dame qui tente de prévenir les parents, l’ancien « hôte » du démon qui s’est enfui du marais avant lui, et qui a perdu la partie. Ce démon-ci non plus ne va pas faire de grandes choses, n’ayant de pouvoir que si l’enfant est d’accord. Ce n’est pas un roman d’horreur. Tout au plus un roman fantastique. Je trouve qu’il y a tromperie sur la marchandise, ce n’est ni un thriller ni un truc angoissant. De plus, ce qui m’a déstabilisée, ce sont les moments où l’on ne sait pas si ce qui se passe est dans l’imaginaire du démon, ou de Laure, ou de la réalité. Et de horde, il n’y a pas.

On va dire : j’ai aimé les trois premières pages.

 

La horde – Sylvie Grimbert, ed Anne Carrière, 2018, 215 pages, 18€ 

5 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s