Le poison du doute – Julien Messemackers

Quand je ne suis pas trop bien (migraine qui traine en longueur, ou autres douleurs que malheureusement l’on doit endurer quand on va vers la vieillesse ..🙄), ou que je ne me sens pas de lire un des bouquins de la Rentrée Littéraire, ou qu’on en a lu un et qu’on procrastine pour la rédaction de la chronique, rien de tel qu’un petit thriller pour penser à autre chose, et ça c’est chouette. Par « petit thriller » j’entends les policiers et autres suspenses, en poche pour le poids léger, qui me sont faciles à lire et qu’on peut oublier.. d’occasion souvent, quand on en trouve, on s’en fait une petite provision.

Comme à mon habitude, je ne lis pas la quatrième de couverture, c’est mieux pour éviter les spoils. Alors j’ai plongé, et j’avoue qu’au tout début, j’ai eu peur que ce livre-là parte sur la pile « à jeter par la fenêtre ». Ma lecture était cahotique, des adjectifs mal placés ou inutiles genre « Philippe était dans l’expectative, il ne savait pas ce qui l’attendait. » Alors je bondis, et…. après quelques dizaines de pages cette impression de style mal foutu a disparu. Je crois que le récit, l’histoire y a été pour quelque-chose, je n’ai réussi à poser ce livre qu’une fois fini, à trois heures du matin. Un suspense très réussi.

L’histoire :

« Dupont de Ligonnès, Godard, Romand… Autant de familles a priori sans histoires décimées par un père ordinaire. Et si, sans le savoir, Margaux Novak vivait avec l’un d’eux qui aurait refait sa vie ? La question donne le vertige… Surtout lorsqu’il n’y a rien pour le prouver, à part des petites habitudes, des petits riens… Et qu’à l’origine de ces accusations, il y a une policière prête à tout.
Quitte à tout détruire. Qui croire ? Que croire ? Installée dans sa confortable petite maison en baie de Somme avec son fils et son mari, Margaux Novak connaît le bonheur tranquille de n’importe quelle mère de famille… lorsqu’une policière débarque chez elle pour mettre sa vie à sac. Depuis quinze ans, celle-ci mène l’enquête sans relâche. Elle cherche un homme qui a assassiné femme et enfants avant de disparaître.
Et elle pense l’avoir retrouvé en la personne de Philippe Novak, le mari de Margaux. Sans ADN, sans preuve tangible de l’innocence ou de la culpabilité de Philippe, c’est parole contre parole entre la flic qui accuse et le mari soupçonné. Et pour Margaux, c’est le début d’une longue descente aux enfers. Très vite, son quotidien se trouve bouleversé. Le voisinage se retourne contre elle et sa famille commence à se faire harceler.
La rumeur a décidé de s’inviter dans sa vie pour la détruire à petit feu, et ce sont des pans entiers de son existence qui s’effondrent. Entre deux cauchemars, lequel est le vrai ?« 

Les trois femmes concernées prennent la parole, chapitre par chapitre, d’abord Margaux, longuement, c’est le départ du récit : lorsque son mari Philippe Novak est convoqué à la gendarmerie sous un prétexte de plaque minéralogique, il lui dit qu’il y avait dans la salle une femme qui ne s’est pas présentée, qui le scrutait. Cette deuxième femme c’est Judith, de la PJ de Versailles, qui n’a jamais cessé de chercher cet homme « familicide », et qui prend tous les moyens et même la Presse pour déstabiliser son « suspect ». La troisième, c’est Marianne, la femme décédée avec ses enfants, qui raconte sa vie avec son merveilleux mari, jusqu’au moment où tout bascule. L’homme que l’on cherche est visiblement inspiré de l’histoire Dupont de Ligonnès, et comme on ne sait absolument pas s’il est vivant ou mort, c’est à mon avis un très bon filon pour des histoires à ce propos . C’est vraiment passionnant, ce qui « pourrait être »….

Une merveille d’analyse policière, et un suspense qui vous prend au tripes. On y plonge avec délices.

Le poison du doute – Julien Messemackers (il est bien du nord, lui !!), ed Pocket, 408 pages, avril 2022

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s