Journal amoureux (1951-1953) – Benoite Groult et Paul Guimard

L’an dernier, Blandine de Caunes, fille ainée de Benoite Groult a publié « La mère morte », sur la fin de vie de sa mère Benoite. Triant les papiers, elle est tombée sur beaucoup de textes, dont ce fameux « Journal amoureux », écrit à quatre mains avec son second mari, Paul Guimard. Dans la préface, Blandine de Caunes explique qu’elle avait entendu parler de ce journal sans jamais le voir. L’ayant enfin trouvé, elle le publie donc.

On sait que Benoite a toujours tenu son journal, comme sa mère, comme sa soeur Flora, et ces deux dernières ont publié ensemble leur « Journal à quatre mains », qui se concentre sur leur jeunesse dorée pendant la guerre. Livre que j’ai lu pour la première fois il y a fort, fort longtemps, et que j’ai relu maintes fois. C’est dire que je ne me suis pas sentie dépaysée en lisant celui-ci, même si la deuxième personne est Paul Guimard. On revient sur des évènements des années 51 à 53, que ce soit pour parler de leurs lectures, des spectacles vus, des dîners, et surtout des séjours en Bretagne dans leur petite maison sans Wc…Benoite, avec son style pince-sans-rire décrit les efforts de Paul pour en construire à côté de la maison….

Ce que j’ai beaucoup aimé c’est surtout le style familier et cher à mon coeur de Benoite. Les descriptions et les réflexions, les ressentiments parfois, surtout lorsqu’en Bretagne elle fait tout, avec deux jeunes enfants, Blandine et Lison, et en plus se bat pied à pied avec la vegétation, les orties, les mauvaises herbes, travail à recommencer à chaque séjour, alors que Paul est tranquillement installé dans son transat.. ça, c’est criant de vérité. Et les diners à Paris où des femmes, citées uniquement par leur initiales, papillonnent autour de son compagnon.. et leurs disputes, malgré l’acceptation de l’amour non exclusif. Côté Paul, on a un récit bien moins intimiste, sauf lorsqu’il s’agit des enfants, les deux filles que Benoite a eues avec son ex-mari Georges de Caunes. Ami avant d’être compagnon, Paul Guimard a connu les enfants dès leur naissance, quasiment. Il les aime autant qu’un père, et cela se ressent beaucoup. Pour Paul, la vie avec Benoite est parfois ressentie comme agitée, tant ils débattent, de tout. Mais de nombreux poèmes à Benoite montrent l’amour fort qu’il ressentira pour elle, jusqu’à sa mort en 2004.

La chose qui me déçoit, par contre, est le fait que ce journal, ils l’ont écrit dix ans après. Exercice facile pour Benoite, qui s’est certainement référée à son propre journal et à ses agendas. Plus difficile j’imagine pour Paul, qui dit se référer aux agendas de Benoite « qui y note tout ».

Pour conclure, j’ai retrouvé le style si attachant de Benoite, ses souvenirs précis… du côté de Paul Guimard, je n’ai rien appris de lui si ce n’est son amour pour Blandine et Lison.

Journal amoureux 1951 – 1953Benoite Groult et Paul Guimard, ed Stock mars 2021, 265 pages

8 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s