L’exorciste – William Blatty

Le livre en édition Collector vient de sortir chez Pavillons Poche. Je suis tombée dessus par hasard, n’ayant jamais vu le film en entier, seulement quelques extraits. Ça me suffisait pour me faire horreur. Je ne savais pas que c’était l’adaptation d’un livre de William P Blatty, sorti en 1971. Et je me disais que ça allait être comme Shining de Stephen King, lu récemment, dont je n’avais pas vu le film. Et j’ai vraiment, vraiment aimé le livre. Mais ici, il s’agit d’un autre film, d’un autre auteur.

William P Blatty s’est inspiré d’un fait-divers survenu en 1949 dans le Maryland. Ce livre est le premier à être catalogué de « livre d’horreur », et l’adaptation au cinéma deux ans plus tard par William Friedkin a fait de ce titre un phénomène de cinéma, un « classique de l’horreur », salué par les plus grands auteurs et qui a inspiré de nombreux réalisateurs.

Une enfant de onze ans et sa mère, actrice de cinéma, vivent dans une grande maison, avec un couple de « domestiques » suisses et une institutrice-gardienne, qui s’occupe de la petite Regan lorsque sa mère est en tournage. Les parents sont divorcés, et le père est carrément hors du tableau. Un soir, alors que Chris, la mère, lit au lit un de ses scripts, de grands bruits venant de l’etage la surprennent. Et Regan arrive, demandant à sa mère de pouvoir dormir avec elle dans son lit. Les bruits ont cessé. C’est oublié, puis ça recommence. La nuit. La mère fonce dans sa chambre et voit sa fille, apeurée, et tous les lourds meubles déplacés dans tous les sens. À chaque fois que ça se reproduit, la chambre de la petite est d’une température glaciale. Et Regan présente des bleus partout. Et ça sent le brûlé.

La mère, Chris, emmêne sa fille voir les plus grands neurologues, qui la bourrent de calmants, et quand elles reviennent à la maison, tout recommence. En pire. Le lit bouge tout seul. Le meilleur ami de Chris est retrouvé mort à l’extêrieur, alors qu’il n’y avait que lui et l’enfant à la maison. Il est retrouvé en bas de chez eux, le cou brisé. Un Inspecteur du style de Columbo, fouilleur et intarissable s’ajoute aux personnages. Puis Chris fait appel au père Damien Karras, jésuite baroudeur mais également psychiatre. Puis Karras appellera un prêtre catholique exorciste, pour venir au secours de la petite. Qui désormais est liée à son lit avec des courroies de cuir, elle parle une langue inconnue, et les medecins pensent à la « télékinésie », à la schizophrénie, le flic pense que l’enfant est une meurtrière violente, et pendant ce temps-là, la mère prie à la cuisine (oui oui c’est comme ça). Sharon, l’institutrice, passe son temps à laver les draps et en remettre des propres, car la petite vomit par jets puissants, et il en va de même de la diarrhée.
À la lecture, c’est beaucoup moins impressionnant qu’au cinéma. Idem pour les voix que la petite Regan utilise : les hurlements, les coassements, les injures, la voix « démoniaque » parlant latin qui apparaît dès que les prêtres entrent en scène. On n’est pas impressionnés. Le reste est assez long, entre la mère, les medecins, les jésuites, les sempiternelles questions autour du Bien et du Mal, et est ce que, à la fin des fins on parle bien de possession ou non ?
C’est ce que j’ai trouvé fort long dans ce livre de 540 pages. L’écriture est banale, les personnages sont peu attachants, même le père Karras avec ses soucis n’est pas accrocheur. Les personnages manquent de profondeur. On reste sur sa faim, comment se soucier d’une histoire dont les personnages ne sont pas intéressants ? C’est dommage.

L’Exorciste – William P. Blatty, Collector Pavillons Poche (Robert Laffont), novembre 2021 pour cette édition, 540 pages.

11 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s