Profils – Donna Cooner

8CE619C6-377F-4224-8BE2-EB0C49C4CEA3

Ce roman jeunesse m’a été proposé dans le cadre d’une opération Masse Critique/Babelio avec les éditions Hachette. D’après le résumé éditeur, il s’agit d’un roman sur le harcèlement scolaire, sur la difficulté d’intégration des ados qui ne correspondent pas aux standards de beauté et de minceur, et sur les pièges des réseaux sociaux.

Un extrait de la présentation éditeur : « Nous avons tous deux profils : celui qu’on a au lycée, bourré de complexes, et celui sur les réseaux sociaux où, cachées, les personnalités se libèrent…
Comme pour beaucoup d’adolescents, pour Maisie, le lycée c’est l’enfer. Chaque élève prend soin de lui rappeler tout ce qu’ils détestent chez elle, surtout son poids. Tout le monde y va de son commentaire. Tous les jours. Alors elle se réfugie dans le dessin, et sa passion pour les comics devient comme une bouée de sauvetage. Lorsque son prof de chimie l’installe à côté de Jesse, le garçon le plus populaire de lycée, et au passage le plus tocard des tocards, elle décide qu’il est enfin temps pour elle de se venger. Elle se crée un profil sur le réseau social le plus fréquenté des élèves de son lycée. Un faux profil, avec les photos d’une de ses connaissances, qui habite loin, très loin. Aucune raison de se faire démasquer, n’est-ce pas ? En quelques clics, la Maisie 2.0, alias Sienna, apparaît. »

En général, j’aime beaucoup les romans jeunesse. J’en ai offert tellement à ma propre fille. Citons Anne Fine, Judy Blume et Susie Morgenstern pour les américaines les plus emblématiques, et Marie-Aude Murail, Moka, Brigitte Smadja pour les premières qui me viennent à l’esprit dans la littérature jeunesse française. Et tellement d’autres.

Mais là… C’est TRÈS américain, avec le côté « Populaires et Pom-pom » Girls dans les lycées, et très manichéen. (Ce n’est pas bien de rire des gens qui sont un peu différents des autres, mais c’est bien de découvrir que les autres ont des qualités si on veut bien gratter un peu sous les apparences)…

Mais je trouve que l’héroïne, Maisie, est extrêmement déplaisante depuis le début. Elle envie certes les filles populaires, mais l’auteure lui attribue des pensées peu aimables, et c’est peu dire. Depuis le début on comprend que Maisie veut se venger d’une chose minime qu’elle attribue à Jesse, mais qu’il n’a rien à y voir. Ceci dès les pages 50. Ce qui donne d’autant plus de difficultés au lecteur de comprendre, de s’identifier à Maisie, voire de l’aimer. C’est la grosse problématique du livre, pour moi : l’héroïne, au lieu de susciter la compassion et l’admiration, est détestable.

Quant au style de l’auteure, il est également détestable. (Ou alors la traduction est pourrie). Je suis déçue. Très déçue. 

Profils – Donna Cooner, ed Hachette, mars 2020, 345 pages, 17€

2 commentaires

  1. Il y a une « mode » qui consiste à publier des histoires de collège ou lycée, sachant que s’il y a un côté « américain », c’est encore mieux, et une autre qui consiste à écrire sur des personnages peu sympathiques. Sauf que..n’est pas J.K. Rowlings qui veut 😉 Et ce n’est pas parce qu’on suit une mode que c’est bon…

    Aimé par 2 personnes

Répondre à Mélie et les Livres Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s