Dix petites poupées – B.A. Paris

25459285-8938-4AC0-97F3-8A7391C1FAEF

Un roman que j’ai vu passer sur les blogs plusieurs fois, je me suis laissée tenter, et je l’ai lu entre deux broderies…

Résumé Éditeur : « Layla a disparu il y a douze ans, en pleine nuit, sur une aire d’autoroute française. Elle rentrait en Angleterre avec son petit ami, Finn, après leurs vacances. On ne l’a jamais revue depuis.

Finn a raconté la vérité sur ce qui s’est passé cette nuit-là. Mais pas toute la vérité. Ni aux policiers qui l’ont interrogé lors de l’enquête, ni même à Ellen, la sœur de Layla, avec laquelle il a refait sa vie et qu’il s’apprête à épouser.
Quand un de leurs voisins croit apercevoir Layla près du cottage où vivent Finn et Ellen, le passé ressurgit. Finn reçoit d’étranges et inquiétants e-mails. Layla serait-elle encore en vie ? Et de petites poupées russes, souvenirs de l’enfance des deux sœurs, font soudain leur apparition… »

Dix petites poupées va vous rendre complètement paranoïaque, jusqu’à l’incroyable twist final. Kirkus Reviews.

Traduit de l’anglais (Royaume-Uni) par Vincent Guilluy.

Le début du roman est très accrocheur : le narrateur décrit la disparition de sa fiancée Layla comme il l’a décrit à la police, mais à la fin de ce premier chapitre, il laisse entendre qu’il n’a pas dit toute la vérité…

Le chapitre suivant, c’est douze ans plus tard. Le narrateur, Finn, est désormais fiancé à la soeur de Layla, Helen, dont il a fait la connaissance lors d’une cérémonie mémorielle pour Layla, dont on n’a jamais retrouvé le corps. Ellen est très différente de Layla, elle est illustratrice, là où ils vivent, à Exeter,  et Finn travaille à Londres dans une compagnie d’assurances. Il gagne bien sa vie. Mais il semble que tout commence à changer lorsqu’il décide d’épouser Ellen, et que celle-ci fait publier les bans dans les journaux.

Un des policiers de la province où  il vivait avec Layla l’appelle : Thomas, le vieux voisin du cottage qu’il n’a jamais revendu, a dit qu’il avait vu Layla. Ce qui plonge Finn dans ses souvenirs, et pour cela l’auteur prend le parti d’intercaler des chapitres écrits en italique, où Finn semble écrire à Layla ses souvenirs en utilisant le « Tu te souviens », la deuxième personne. Assez bizarre je trouve comme construction.
Ensuite Finn commence à trouver des toutes petites poupées russes près de chez lui, sur son chemin, les mêmes que celle que Layla promenait dans sa poche comme un porte-bonheur. Helen même affirme un jour avoir vu Layla, pourtant disparue, en ville.

Finn semble devenir à moitié fou, soupçonne plusieurs personnes, prend sans arrêt la porte avec la chienne Peggy pour aller courir, (la chienne est là omniprésente dans le roman, sans raison particulière), il prend la voiture, fait des centaines voire des milliers de kilomètres pour diverses raisons, ce qui m’a fait m’ennuyer ferme pendant une grosse partie du roman. Ensuite, page 101 le récit s’emballe un peu. Quant au « twist final » vanté par l’éditeur, j’en ai eu le soupçon immédiat justement page 101. Deviner la fin d’un thriller à ce point-là, je déteste. Sans parler de la construction des chapitres « avant, « maintenant » (avant QUOI????).. les chapitres souvenirs à la 2 e personne..

 A mon avis, il y a beaucoup de remplissage, et ça m’a ennuyée. Alors, bon, ça doit être un thriller pour lecteurs n’ayant pas lu beaucoup de thrillers…

Dix petites poupées – B.A. Paris, le livre de poche, février 2020, 343 pages.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s