J’ai dû rêver trop fort – Michel Bussi

IMG_7595

Je viens d’être attrapée à mon propre jeu.  À force de ne rien lire d’avance sur les bouquins, les auteurs,  de choisir mes livres par pur hasard, j’ai acheté ce livre de cet auteur pour moi quasiment inconnu, je savais qu’il était populaire, et j’étais persuadée qu’il écrivait des romans policiers.

J’en ai eu pour mon argent ! 22€ foutus à la poubelle, oui !

Résumé : Une hôtesse de l’air « entre deux âges », mariée, deux filles, part pour 3 jours, et dès réception de son plan de vol, enfin de son emploi du temps, se rend compte qu’elle va aller à Montréal, puis Los Angeles, puis Jakarta. Quelle coincidence !!!!! 

Là, ma mâchoire tombe : durant soixante pages nous avons droit à ça. Les hôtesses qui seront avec elle sont Florence et Emmanuelle ! Quelle coïncidence !!!  Je vous épargne les 50 Quelle coïncidence !!!!, la chanson qui passe à la télé, les mêmes pilotes qu’il y a 20 ans, les mêmes mots qu’elle entend, les mêmes n’importe quoi qu’il y a vingt ans. Il y a vingt ans il y avait les Cure dans l’avion aussi, et un type qui l’a draguée, cette hôtesse, Nathy. (Qui donne l’air d’être une complête allumée). On penserait qu’elle a fumé un truc, mais même pas.

Elle a rencontré un passager qui jouait de la guitare, a accepté un rendez-vous, il a joué avec The Cure à Montréal, et après le concert, ils ont passé quelques heures ensemble, en 1999. Et bien sûr tout ça en étant mariée, amoureuse de son mari charpentier, et ayant une petite fille, déjà.

Et vingt ans plus tard, Quelle coincidence !! Tous les détails de ces jours-là sont les mêmes, pourquoi? Comment, c’est le mystère.

Mon avis : L’écriture de Michel Bussi est plate, et d’un coup, accumulation d’exclamations, et surtout le fait de faire parler une femme ajoute à l’inéquillibre de son héroïne, on n’y croit pas une seconde. Je suis soudain au milieu d’un roman à l’eau de rose, de piètre qualité, les rebondissements sont outrés, l’humour est de bas étage, on confond les personnages ( les pilotes s’appellent Georges-Paul et Jean-Max !!!), les chapitres sont titrés des années : 2019 et 1999, mais parfois dans les chapitres 1999 il y a des passages se déroulant en 2019!

L’intrigue est aussi  usée et ratatinée qu’un vieux chewing-gum. Je suis encore plus en colère lorsque je vois les critiques dithyrambiques dans les pages web des journaux, et même sur Babélio.  Je ne comprends pas. Ou alors c’est simplement un auteur de romans de gare pour rombières en mal de romances. C’est un niveau Harlequin, et surtout aucun mot compliqué, surtout.

Poubelle.

J’ai dû rêver trop fort (moi aussi, hein) Michel Bussi, Presses de la Cité, 21,90€ (Ça fait tout de suite moins cher que 22€)

Purée. On ne m’y reprendra pas.

11 commentaires

  1. J’ai lu plusieurs Bussi que j’ai adoré, alors l’an dernier j’ai acheté le dernier sans lire le résumé mais je l’ai abandonné. Cette fois, je ne sais pas, mais j’attendrai au minimum le format poche. Je ne peux pas juger de cette lecture du coup (donc infirmer ou confirmer ton ressenti) mais j’avais adoré un avion sans elle qui était bien loin de la niaiserie.. si un jour, tu pardonnes à l’auteur 😉

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s