Sentinelle de la pluie – Tatiana de Rosnay

IMG_7473

 

 

Résumé éditeur : « Sentinelle de la pluie est un roman d’une rare intensité dramatique où Tatiana de Rosnay déploie une tension psychologique magnifiée par un cadre apocalyptique renversant. Elle fait surgir de l’ordinaire bouleversé, l’insubmersible pouvoir de l’amour et de la rédemption. La famille Malegarde est réunie à Paris pour fêter les 70 ans de Paul, le père, arboriste de renommée internationale. Sa femme Lauren prépare l’événement depuis deux ans, alors qu’importe les pluies diluviennes qui s’abattent sur la Ville Lumière et contrarient les retrouvailles. Mais Linden, le fils cadet, photographe charismatique, pressent que la redoutable crue de la Seine n’est pas la plus grande menace qui pèse sur l’unité de sa famille. Les secrets enfouis déferlent sous le ciel transpercé par les flots… »

Ce que j’en pense : En général, j’aime bien lire les livres de Tatiana de Rosnay : installée dans un bon fauteuil, c’est confortable, ses livres le sont également. Mais quelle déception pour celui-ci : un pavé, des histoires d’une famille qui se retrouve à Paris au moment d’une crue historique de la Seine .. un père, une mère, deux enfants d’une quarantaine d’années, et surtout, surtout, cette crue omniprésente par la télé, les journaux, Twitter… On sent au début que de nombreux non-dits vont pouvoir éclater au grand jour dans cette famille, mais à part le personnage principal, Linden, qui a toujours caché son homosexualité à son père, on ne sait pas quoi d’autre s’attendre… surtout qu’en réalité le « personnage principal » c’est cette crue, qui commence à donner à Paris des airs de ville-catastrophe. Je ne connais pas beaucoup  Paris, alors lorsque les médias, les réseaux sociaux guettent chaque hausse de l’eau rue par rue, pont par pont, il y a de quoi être perdue. Les diverses pensées, souvenirs, intéractions de la famille sont littéralement noyés dans les descriptions sans fin des images à la télévision, et on désespère de trouver des passages où l’on parle des personnages.

Je me suis profondément ennuyée. Je suis allée jusqu’au bout du livre, et je me demande encore pourquoi.

(Je suis allée voir sur Babélio : nous sommes une grande majorité a n’avoir pas aimé ce roman-là..)

La sentinelle de la pluie – Tatiana de Rosnay, editions Héloïse d’Ormesson, 2018,  360 pages, 22€

 

 

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s