Zones d’ombre – Jean-Marie Dutey & Jane Sautière

IMG_7233

Jane Sautière et JM Dutey ont tous les deux été éducateurs pénitentiaires (suivi post-prison), et leurs expériences et leurs griffes à tous les deux ce retrouvent dans ce « Série Noire » pas comme les autres.

Nadir, jeune tunisien, 17 ans, vient de rentrer dans sa famille, dans sa cité près de Paris,  après deux ans de « Sports-Études » à l’autre bout de la France. Il découvre que son petit frère Abdessalem n’est plus le gamin sage qu’il connaissait, mais qu’il semble tremper dans des trucs louches. Il se met à le suivre, et découvre qu’il se prostitue, dépouille ses clients, vit dans des endroits dit « interlopes » où les orgies et le SM ont droit de cité, et semble sous la coupe d’un mentor.

Cet homme invisible, qui inonde de drogue la cité, emploie des dizaines de dealers, des « fourmis » que  Nadir arrive à repérer, avec l’aide d’un éducateur, Luc. Mais Nadir est repéré, et tué. Version officielle : overdose dans un squat.

Son ami Mounir, 17 ans, qui a appris sa mort alors qu’il était en prison, sort et cherche la vérité sur ce qui est vraiment arrivé. L’overdose, non ! Pas le genre de Nadir. Son éducateur post-pénitentiaire est Luc, Mounir exige alors qu’il l’aide dans sa quête de vérité.

Pour l’aider, Luc lui fait rencontrer des amis : Louis, aveugle, mais qui a l’ouïe tellement fine qu’il détecte tout, Wu, Cambodgienne réfugiée, qui était devenue sourde et qui décrypte la moindre micro-expression des gens et sait lire sur les lèvres, Aminata, Malienne, de la tribu des Dogons, qui sonde les esprits.

Qui est donc cet homme invisible, richissime, qui semble tirer les ficelles de tout le côté sombre de la cité, de la ville, même ? Toute cette jeune équipe de « super pouvoirs » va s’associer à Mounir pour l’aider à trouver la vérité, et venger son ami.

 

Ce que j’en pense : C’est un roman noir distrayant, plein d’humour et d’amitié,  porté par une écriture très agréable. Mais. Des points que je dois soulever, qui m’ont interpellée, sont d’abord le fait que les jeunes Nadir et Mounir et semblent très très amis, et les physiques des jeunes garçons sont décrits… très précisément, dans le genre éphèbes, et que les filles ne sont pas décrites physiquement. J’ai eu une impression de gêne, comme si je lisais un des vieux « Signes de Piste » glorifiant l’amitié de jeunes garçons scouts de façon un peu trop appuyée, bouquins que ma mère avait récupérés et que j’ai lus lorsque j’avais 14/15 ans..  Ça me laisse pantoise, un peu. L’autre point :  les passages presque graveleux au début du roman.

Avis très mitigé.

 

Zones d’ombre – Jean-Marie Dutey, Jane Sautière, Série Noire, Gallimard, 1998

 

 

 

2 commentaires

  1. J’aime tes chroniques, même quand elles laissent un « goût bizarre… »
    Il y a, comme ici, suffisamment d’infos en peu de ligne pour savoir si la lecture de ce roman va nous plaire, nous surprendre ou nous troubler…voir nous choquer…
    Merci Mèlie

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s