Et la Joconde sourit… – Sophie de Kerempenec

IMG_6737

C’est un exercice difficile que de faire la recension d’un livre qu’on m’a envoyé. Ne connaissant pas l’auteure, j’en ai reporté plusieurs fois la lecture, de peur de ne pas aimer, sachant très bien que je suis une indécrottable mauvaise et que je suis capable de hurler et de faire tout un drame pour un adjectif. Mais voilà. La sincérité de Sophie de Kerempenec m’a cueillie. Et je l’ai lu, voilà….

 

Résumé : David et Nicolas, deux trentenaires bordelais, sont des jumeaux fusionnels et inséparables. Ils ont une petite boutique, au marché St Michel, le Jus-Mots, ils vendent des livres et des jus de fruits bio, des smoothies. Mais soudain, un matin, leur mère appelle Nicolas : son jumeau bien-aimé vient de mourir. D’un infarctus. Nicolas est anéanti, la famille est anéantie, Nicolas a perdu une partie de lui. Il est fou de chagrin, n’arrive plus à ouvrir sa boutique malgré le soutien des commerçants voisins. Il cherche, il hurle, demande un signe…Mais lorsqu’un jour, chez son ami bouquiniste il ouvre au hasard, il ouvre le Da Vinci Code, et là… là…  David lui parle. Il est écrit, sur la page de garde, à l’encre violette : « Bonne Fête Nicolas ». Oui c’est bien le jour de la St Nicolas. C’est le signe que Nicolas attendait, c’est sûr. David lui parle à travers ce livre….
Dans les jours de souffrance familiale, les coïncidences vont se faire évidentes, et aider toute la famille à surmonter cette épreuve, sûrs maintenant que les forces de l’esprit existent.

L’auteure nous dit, à la dernière page, que c’est elle qui a vécu cela, après le décès de sa soeur jumelle, et que tout est vrai.

Mon avis : Sophie de Kerempenec nous fait passer par toutes les étapes abominables d’un tel deuil, avec clarté et sincérité. Le livre fait écho en moi, comme il peut faire écho à des deuils de beaucoup de personnes. Les signes, les coïncidences, on peut ne pas y croire. Mais pour ceux qui croient, comme Miterrand (et moi) aux forces de l’esprit, trouveront ici un nouveau message d’espoir, de pouvoir communiquer par des signes envoyés par nos bien-aimés.

Malgré quelques coquilles laissées par l’éditrice, quelques adjectifs qui bien sûr m’ont fait bondir, ce livre est une bouffée d’espoir, d’aide, de positivité.

Et la Joconde sourit… – Sophie de Kerempenec, editions Ex-Aequo, mars 2018, 120 pages, 12€

4 commentaires

    • Et bien voilà…un autre un signe…je n’avais pas lu cette chronique et voilà qu’aujourd’hui, entre deux commentaires surréalistes, que nous avons échangé, je rencontre Sophie De Kerempenec, nous nous découvrons un trait d’enfance insolite et commun (…) sous le pinceau de Maître Léonard l’énigmatique sourire de la Joconde continue de nous interpeller ….
      J’attend de lire ce livre avec impatience…

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s