Sous son toit – Nicole Neubauer

IMG_3948

Résumé : Il a du sang sur les mains. Il ne se souvient de rien. Quand l’avocate Rose Benninghoff est retrouvée morte dans son appartement à Munich, la gorge tranchée, le commissaire Waechter semble tenir le coupable idéal : Oliver Baptiste Junior. Le garçon de quatorze ans était tapi dans le sous-sol de l’immeuble, les mains couvertes de sang. Manifestement battu par son père, un homme que la victime avait fréquenté, Oliver prétend n’avoir aucun souvenir de la soirée qui a précédé le crime. Par ce rude hiver, le plus froid depuis des années, le commissaire Waechter et son équipe Bravent les températures négatives, les importantes chutes de neige de Décembre pour démarrer cette enquête hors normes.
À coups de mugs de café, dans le bruit assourdissant des vieilles cafetières crachant de la vapeur d’eau trop calcaire, ou en cours de détartrage, les commissaires, les policiers et leurs équipiers revenus en pleine nuit dans leurs bureaux se réunissent. La visite sur les lieux du crime leur a déjà donné déjà du fil à retordre : l’appartement est tellement rangé et propre, pratiquement sans décoration ni objet personnel, qu’aucune empreinte, aucun ADN n’est relevé. L’enquète se présente d’ores et déjà très compliquée : l’adolescent est d’une famille très connue, influente, et le procureur refuse pratiquement que l’enquête s’approche de ces gens, et menace le commissaire de faire déléguer contre lui une enquète pour irrégularités..

Les policiers sont ici les personnages principaux : Waechter dont on découvre l’environnement : son bureau comme sa maison sont impraticables : c’est un accumulateur pathologique depuis des années, il vit seul. Hannes Brandl, son coequipier, dont le deuxième mariage vacille : sa fille ainée débarque chez lui sans prévenir et met tout en péril. Elli, grande et forte femme, se fichant de ses rondeurs, qui jure comme un charretier mais est capable d’intuitions fulgurantes, et Micha, dit « le Taiseux », qui comme son surnom l’indique, est capable d’arracher des confessions rien qu’en étant dans la pièce d’interrogatoire sans dire un mot.

Mon avis : Ce roman policier, thriller également, vous attrape dès la première page. C’est un suspense haletant, avec des retournements de situations comme on les aime. La particularité d’avoir su, dès le début, nous attacher à chacun des quatre policiers principaux fait partie des choses qui « emballent » le lecteur, et font espérer une série! le rythme est dynamique, presque nerveux, les dialogues parfaits. Les différentes pistes suivies sont surprenantes, on ne se dit pas au milieu, comme dans pas mal de romans policiers :  » Ah! Je sais qui est le coupable! ». le suspense est maintenu jusqu’à la fin. Et c’est merveilleux que soient publiés des policiers Allemands, ce n’est pas si courant.

Il y a pourtant quelques hiatus : la traduction de 2017 par Pierre Malherbet pour les Ed. Robert Laffont pèche parfois par des erreurs, et nous fourvoie un peu dans l’équipe policière : tous les personnages seraient commissaires..

L’auteur : Nicole Neubauer est née en 1972 en Bavière, elle est avocate. « Sous mon toit » est son premier roman, couronné par l’Association Littéraire des Soeurs Meurtrières (association allemande).

Editions Points : Octobre 2018, 440 pages.

Je remercie les Éditions Points pour ce partenariat.

 

4 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s