Une vie de Gérard en Occident – François Beaune

IMG_3602

« Ça va Aman? Je te fatigue pas trop, avec ma vie de Monsieur Tout le Monde? Tu reprends une bière?»    À Saint-Jean-des-Oies, une bourgade imaginaire de Vendée, c’est l’heure de l’apéritif chez Gérard Airaudeau. En veine de confidences, le voilà qui retrace son parcours d’ouvrier en milieu rural et d’autres histoires vécues par ses proches, voisins et collègues. Face à lui, Aman, un réfugié érythréen accueilli depuis peu, qui se demande, comme le lecteur, jusqu’où vont le mener ces digressions tragicomiques… et surtout quand vont arriver les autres convives de ce banquet organisé pour permettre à Marianne, la députée locale, de rencontrer enfin des «vrais gens».

mon résumé et mon avis : Ce livre est très réjouissant dès le départ, un homme raconte sa vie et ses expériences à un jeune Erythréen, (il y a trois réfugiés dans ce village de Vendée, près de La-Roche-sur-Yon), en attendant le début d’un banquet dans le restaurant de la famille de Gérard. À ce banquet, une élue est attendue, afin d’écouter les doléances des gens du coin. En attendant, Gérard passe le temps en racontant sa vie ici et autour, sa famille, ses amis par des annecdotes rigolardes, un peu moqueuses parfois, toujours étonnantes, mais donnant une idée de la vie des 20 dernières années dans la région, vue du milieu ouvrier. Le chômage, la crise, l’argent, le manque de travail dans les environs, l’usine, le syndicalisme, les patrons, les rachats, les faillites, l’Anpe, les paysans, les pesticides, les OGM, tout est prétexte à rire ou à sourire, c’est vraiment très bien écrit. Les chapitres sont titrés comme un menu de banquet : Amuse-gueule, Buffet, Entrée principale, Trou normand 1, Viandes, Laitage, Trou normand 2, Plats de résistance, Salade composée, Fromages, Promenade digestive, Citrate de bétaïne, Pièce montée, Café, Marron glacé, Cigares, Gnôles.

Chaque chapitre se décompose en de nombreuses histoires, anecdotes, et on trouve à la fin de la Table des matières ce mot : Note du chef : l’éditeur, pour plaire à sa clientèle la moins fortunée, pourtant négligeable dans les chiffres, a imposé le prix de ce menu à 19,50 euros, une aberration pour un souper de ce standing. Si vous souhaitez laisser un pourboire à l’équipe, accompagné de vos retours, impressions, propositions de plats ou recettes, n’hésitez pas à nous adresser l’ensemble à l’ordre de François Beaune aux éditions Verticales, 26 rue de Condé 75006 Paris (tickets resto acceptés).

L’humour de l’auteur est de ce genre, doux-dingue.

Et pourtant, un reproche : ce Menu me reste un peu sur l’estomac. Il aurait eu bien besoin d’être dégraissé de quelques plats, j’ai vers la fin un peu survolé les histoires. D’ailleurs j’avais commencé à lire ce livre il y a deux mois, je n’avais pas eu assez envie d’y revenir avant. C’est juste une question de lassitude qui m’a prise parfois. J’ai eu l’impression de lire 500 pages.. c’est lourd pour un repas.

 

Editions Verticales, 2017, 280 pages, 19,50€

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s