Sa Majesté Maman – Anne B Ragde

IMG_3077

« On a le devoir d’aimer ses enfants, mais pas celui d’aimer ses parents. »
De sa mère, Anne B. Ragde a toujours fait un personnage de roman. De ses romans. Pour le plaisir, plus ou moins assumé, de l’intéressée…
Aujourd’hui que Birte vit ses derniers mois, allant de lit d’hôpital en rendez-vous médicaux, sa fille n’a plus le choix : fini la mise à distance romanesque. La preuve d’amour, la seule, la vraie, ce sera de raconter sa mère, sans fard, sans pseudonyme. Une femme kaléidoscope, une Majesté du quotidien, capable d’élever seule ses filles, dans le dénuement et l’adoration des belles choses, de créer un festin à partir d’un fond de frigo, de tuer pour un livre ou un tableau de Chagall… Peu encline aux tendresses, certes, mais l’inspiratrice d’une vie, la matrice d’une œuvre.
Riche de cette relation patchwork, la fille fait de la mère un portrait doux amer. Avec sa part d’ombre. Et son lot de lumière.

Traduit du norvégien par Hélène Hervieux

L’auteur : J’ai découvert Anne B Radge au printemps dernier. Norvégienne, née en 1957, totalement inconnue pour moi, pourtant très connue en Europe. J’avais encore pioché au hasard dans la boutique de mon bouquiniste en ligne une dizaine de bouquins des éditions 10/18. Dans ces livres j’ai pioché au hasard, chez moi. C’était « Je ferai de toi un homme heureux » (sorti en 2014). Un joli livre, plaisant, une découverte pour moi qui ne m’attendais absolument pas tomber sur une auteure scandinave… elle est norvégienne. Quelques semaines plus tard, je pioche (toujours chez mon bouquiniste) : « La terre des mensonges ». J’ai immédiatement ADORÉ. J’ai tout lu d’elle, jusqu’au dernier sorti en Octobre dernier. Je dois faire la chronique de sa « Trilogie des Neshov » sur un futur post.

Résumé :  L’auteur devient narratrice de sa propre histoire au travers de celle de sa mère. Ayant toujours eu des rapports compliqués et peu affectifs avec sa mère, elle nous raconte ses pensées qui l’ennuient : a-t’elle jamais aimé sa mère ? Sa mère l’a-t’elle jamais aimée ? Depuis son départ vers Oslo où elle a fait des études littéraires, devient professeur, elle revient parfois à Trondheim, chez sa mère. Au fur et à mesure les souvenirs sont évoquées, les discussions d’Anne, la narratrice et de Birte, la mère, amènent des ressentis, des voyages dans le passé. On découvre une femme capable de vivre dans la misère sans le faire ressentir à ses enfants, adorant les livres, avec un caractère hors du commun. Mais un jour Anne découvre que sa mère a un cancer. Elle prend alors en charge l’organisation des choses, hopital, examens, chimios, et reste le plus souvent possible près d’elle, faisant le trajet Oslo-Trondheim. Et elle parle enfin avec sa mère, pas peu fière de savoir que sa fille écrit un livre sur elle. Un livre qui nous mène dans une vie norvégienne, dans une société norvégienne, et dans les grands problêmes aberrants de l’accueil et le soin des personnes âgées et malades dans ce pays.

Mon avis : Un livre dépaysant d’abord, un questionnement sur l’amour maternel, une découverte des habitudes de vie en Norvège, un livre chaud, une femme, auteure, très occupée qui lâche tout pour cueillir sa mère au moment où celle-ci décroche…. j’ai beaucoup aimé. On peut dire même que j’ai ADORÉ. Son écriture est alerte, vive, simple, c’est chaud et rafraichissant. Je recommande de toutes mes forces ce roman d’amour d’une fille à sa mère, même si elle a tous les défauts du monde.

Sa Majesté Maman -Anne B Ragde- ed. Fleuve, 2016.

 

4 commentaires

    • Je n’arrive pas à entrer dans les romans des écrivains scandinaves. J’ai lu le premier tome de la Trilogie des Neshov cet été, sans savoir, à cause de son nom assez anglo saxon, qu’elle aussi était scandinave. Et je me suis sentie bien dans son ambiance. Par contre après « Sa Majesté Maman » j’ai lu La Tour d’Arsenic.. j’en attendais trop, j’ai été déçue. Également par les deux derniers bouquins sortis, un genre de suite de la Trilogie de la famille Neshov, et je ne les ai pas trouvés aussi bons. Enfin, je suis monomaniaque, si je découvre un auteur et que j’aime son bouquin, j’achete tout ce qu’il a écrit..

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s