Amélie Nothomb – La bouche des carpes – (entretiens avec Michel Robert)

IMG_2326Voici le résumé de l’ouvrage, par l’Editeur (L’Archipel):
« Dans un café ou sous la pluie, chez elle ou chez lui, ou encore dans les bois, l’auteur d' »Hygiène de l’assassin », de « Stupeur et tremblements » et des « Prénoms épicènes » a accordé une série d’entretiens à Michel Robert (écrivain et plasticien belge). Au fil de leur conversation -parfois sage ou sincèrement drôle, parfois folle ou même intime- est née une amitié.
Amélie Nothomb se livre ici comme rarement, évoquant aussi bien sa vie privée que la création littéraire, l’Europe, la Chine et le Japon, son sens de l’amitié et sa vision de l’amour, son goût de la solitude et des « orgies intellectuelles ».

Un document exceptionnel, donnant à voir dans toutes ses dimensions un écrivain aussi déroutant que capital. »
Fermez les guillemets !

Je vous avertis de suite de l’escroquerie : le nom d’Amélie Nothomb et son visage, placés de telle manière qu’on la croie auteur de ce livre, c’est sournois. C’est un livre de MICHEL ROBERT.
Autre escroquerie (oui, il y en a plusieurs) : de la même façon que sont composés et imprimés les livres de la Chapeautée, c’est écrit en très gros et en très très aéré. Ce qui nous donne un livre de 156 pages, composés et imprimés « normalement », on aurait 40 pages. Et ce, pour 16 euros, Messieurs-Dames.

Dernière escroquerie, la pire de toutes : ce bouquin, sorti fin Aout 2018 contient la retranscription de quelques interviews -souvent uniquement téléphoniques avec Amélie Nothomb- ENTRE 1995 et 2001.
Ah oui, ça surprend, car tout ce qu’on lit dans ce livre, le pékin moyen le sait : son père était ambassadeur, elle a vécu au japon, en Chine et est revenue en Belgique, puis repartie au Japon 2 ans (raconté dans Stupeur et tremblements), elle aime le champagne, les fruits pourris, se fait vomir, écrit 4 h le matin…. etc etc, ça, tout le monde le sait.

Ma conclusion : Ce bouquin n’est pas très honnête, c’est le moins que l’on puisse dire. Réservé aux fans… qui n’y apprendront rien de neuf.

L’Archipel, Août 2018, 150 pages, 16 euros.

4 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s