Disparues – S.J.Watson

J’ai acheté ce livre juste à sa sortie, j’étais impatiente. J’ai aimé tous les autres thrillers de S.J. Watson, les deux précédents chroniqués sur ce blog, et… et…. grosse déception. Je suis allée jusqu’au bout, pour savoir, mais ça ne m’a pas convaincue.

Alex Young, jeune réalisatrice a fait un documentaire sur les prostituées d’Amsterdam qui a eu un certain succès, et elle est de retour en Angleterre avec un nouveau projet : montrer la vie quotidienne d’une petite ville durement frappée par la crise. Son boss lui propose Blackwood Bay, au grand désespoir d’Alex, parce qu’elle connait. L’auteur le sous-entend.

Arrivée là-bas, elle se rappelle. C’est son village, celui où elle a passé toute sa jeunesse. Avec une mère maltraitante, et des souvenirs peu nombreux, mais teintés de peurs : elle se souvient de disparitions de filles jamais élucidées. Puis elle se rappelle qu’elle est « l’une d’entre elles ». Elle est Sadie. Par contre pour Zoé et Daisy, ses copines de l’époque, elle ne se souvient de rien. Elle a été retrouvée à Londres, victime de mauvais traitements et sans mémoire, il y a dix ans. Il se dit que Zoé a sauté de la falaise, que Daisy y est pour quelque chose, mais elle a disparu aussi. On parle de leur amie Sadie, disparue également.

Alors qu’elle filme, des souvenirs remontent à la surface, et elle tente d’en savoir plus sur ces évènements d’il y a dix ans. Mais les gens de Blackwood ne veulent pas en parler. C’est alors qu’elle croise des lycéennes qui semblent filer un mauvais coton….

Je ne sais pas si c’est le fond ou la forme qui m’a déplu. Déjà, une énorme sensation d’être empêtrée entre tous les personnages, les disparues Sadie, Zoé, Daisy, et les gens du village à qui elle fait confiance, ceux avec lesquels elle s’attache, ses collègues, les personnages du passé qu’elle redécouvre : Monica, David, Dan, Gavin, Geraldine, Aidan, Alice, Dev, Gee, Ellie, Kat, Bryan, Liz, Tanya, etc, personnages du passé, du présent, des prénoms qu’on ne verra passer qu’une fois ou deux…

Il y a aussi le côté très glauque de l’histoire, de l’ambiance, dès le tout début. Le mouton mort et en décomposition du tout début, et les histoires glauques qui sous-tendent le récit, drogues, viols, et l’ambiance angoissante voulue est beaucoup plus un dégoût de bout en bout.

Bref, pour moi c’est un ratage, on est bien loin des autres romans de l’auteure. On s’y perd et on a juste pas envie de finir ce bouquin. Je ne l’ai terminé que par honnêteté intellectuelle. Il y a bien un twist final, mais je me suis dit : tout ça pour ça !

Disparues – S.J. Watson, éditions Sonatine, 8 avril 2021, 443 pages.

15 commentaires

  1. Je l’ai commencé car d’habitude, j’apprécie assez les ouvrages de l’auteur, mais là, au bout d’une 50aine de pages, j’ai abandonné car je n’arrivais pas à rentrer dans l’histoire. Déjà que je ne suis pas fan des livres avec trop de personnages… j’étais servie
    et vu ton avis, je me dis que je n’ai rien raté en n’allant pas au bout de la lecture 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s