Surface – Olivier Norek

E2A4071F-A49F-4B5A-8203-EAE78801599C

Je ne pas une grande fan des polars de Norek, (ayant vraiment « adoré »  Entre deux Mondes, qui parlait d’un policier au milieu de la Jungle de Calais, au milieu de la souffrance des migrants, sujet qui me touche particulièrement.), mais très très déçue par Code 93 et Surtensions, j’ai laissé tomber. Mais celui-ci, ce polar, à force de le voir passer sur les blogs… je me suis laissée tenter, et c’est tant mieux, il est excellent. Dans l’histoire, les personnages, les implications et l’écriture.

Résumé : Noémie Chastain, capitaine de la PJ parisienne, blessée en service d’un coup de feu en pleine tête, reconstruite au prix d’énormes cicatrices sur tout un côté du visage, est envoyée, (alors qu’elle pensait retrouver son poste à Paris, aux « Stups »), dans le commissariat d’un village perdu, Avalone, afin d’en envisager l’éventuelle fermeture.
Noémie n’est pas dupe : sa hiérarchie l’éloigne, son visage meurtri dérange, il rappelle trop les risques du métier…
Elle est donc parachutée dans l’Aveyron, capitaine d’un petit commissariat, en pleine nature, elle qui ne connait que la ville. Elle doit, aussi, imposer son apparence : ce visage détruit et en reconstruction, qui fait sursauter les gens qui la voient. Et qu’elle ne veut pas regarder dans le miroir.  Un petit service de police où ils sont peu, pour une communauté de 6  villages autour d’un lac.

Mais voilà que soudain, le squelette d’un enfant disparu vingt-cinq ans plus tôt, enfermé dans un fût, remonte à la surface du lac d’Avalone, et Noémie découvre qu’Avalone, ce petit village où elle est installée, n’est que le reflet d’un village englouti. Avalone a été sacrifié pour la fabrication d’un barrage : c’est un lac artificiel qui recouvre un monde arrêté en 1994. Avalone a été reconstruit presque à l’identique, beaucoup plus haut.
Et trois enfants ont disparu l’année du « déménagement », ainsi qu’un homme, dont on parle comme d’un croquemitaine.
Quels mystères se cachent sous la surface de ce lac ? Est-ce que les deux autres enfants pourraient aussi être cachés sous 40 mêtres d’eau ?
La Brigade Fluviale de Paris est appelée, avec des plongeurs, un sonar, un robot qui peut se déplacer sous l’eau et filmer… Ce qui donne à Olivier Norek l’opportunité de parler du travail de cette Brigade de plongeurs, et de dédier ce livre à Amandine, cette jeune femme rentrée dans cette Brigade en 2018, qui, lors d’une sortie sur la Seine en plein Paris, a été presque délibérément abandonnée sous l’eau par son moniteur et un autre équipier, alors que l’eau était extrêmement trouble et agitée… on a retrouvé son corps trois mois plus tard…

Mystères, ombres, travail des scientifiques, des plongeurs, villageois taiseux, capitaine pleine d’humour, vieux secrets bien cachés, tout dans ce roman est magnifiquement orchestré, et le suspense est prenant. Je n’ai pas boudé mon plaisir, c’est un thriller très réussi !

 

Surface – Olivier Norek, Ed Laffont puis Ed. Pocket, fev 2020, 390 pages.

 

22 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s