Mr Mercedes + Fin de ronde – Stephen King

Voici les deux tomes manquants de la trilogie de l’ Inspecteur Hodges, que j’avais commencée par erreur par le milieu : Carnets noirs Ici

Je me suis jetée sur « Mr Mercedes » qui est donc le tome 1. Résumé ci-dessous :

« Je crois qu’il y a plein de gens qui rêvent de faire ce que j’ai fait… La seule différence, c’est que moi, je l’ai vraiment fait ! »
Midwest 2009. Un salon de l’emploi. Dans l’aube glacée, des centaines de chômeurs en quête d’un job font la queue. Soudain, une Mercedes rugissante fonce sur la foule, laissant dans son sillage huit morts et quinze blessés. Le chauffard, lui, s’est évanoui dans la brume avec sa voiture, sans laisser de traces. Un an plus tard. Bill Hodges, un flic à la retraite, reste obsédé par le massacre. Une lettre du tueur à la Mercedes va le sortir de la dépression et de l’ennui qui le guettent, le précipitant dans un redoutable jeu du chat et de la souris.
Avec ce polar très noir, véritable plongée dans le cerveau d’un psychopathe qui ferait passer Norman Bates pour un enfant de chœur, Stephen King démontre une fois encore son époustouflant talent de conteur, qui s’affranchit des frontières et des genres »

Monsieur Mercedes, à l’instar des deux autres tomes de cette trilogie, commence par le même massacre de masse vu par une personne différente pour chaque tome. Dans ce tome-ci on fait connaissance avec l’Officier Bill Hodges, maintenant à la retraite, désespéré car l’affaire de la Mercedes n’a pas été résolue. Ça fait deux ans maintenant, son ex-coéquipier est encore en activité, et Bill s’ennuie profondément, seul chez lui, sans rien à faire, il joue avec son révolver attendant le moment où il le mettra dans sa bouche. C’est là qu’une lettre anonyme lui arrive, d’un homme revendiquant le massacre, lui racontant avec assez de détails pour qu’on sache que c’est lui. Mais ce n’est pas tout. Il va essayer de pousser Hodges au suicide, il l’a donc observé et sait qu’il se sent désespéré.

Mais pour Bill Hodges, au contraire, cela lui donne une envie d’enquêter solo (il n’est plus policier, ce n’est pas légal), aidé bientôt par Jérôme, jeune lycéen surdoué, et Holly, cinquantenaire un peu autiste mais experte en informatique.

C’est un livre chaleureux malgré tout, les personnages sont attachants, et le tueur absolument abominable aux tréfonds de lui-même. Un tueur redoutable que l’ex- inspecteur  Bill Hodges et ses « assistants » aideront la police à arrêter, et presque à le tuer en évitant un nouveau massacre. Palpitant, un très bon Stephen King.

Mr Mercedes – Stephen King, ed Albin Michel 2015 puis Le Livre de Poche 2016, 672 pages.

Puis « Fin de ronde », le tome 3 :

Résumé :
Dans la chambre 217 du Service des Traumatismes Crâniens de la région des Grands Lacs, quelque chose vient de se réveiller. Quelque chose de Maléfique.
Brady Hartsfield, auteur du massacre à la Mercedes où huit personnes ont été tuées et bien plus gravement blessées, a passé cinq années dans un état végétatif à la Clinique des Lésions Cérébrales Traumatiques. Selon ses docteurs, il est très peu probable qu’il récupère complètement. Mais, derrière la bave et le regard vide, Brady est réveillé, et en possession de nouveaux pouvoirs mortels lui permettant de faire d’immenses dégâts sans avoir à quitter sa chambre.
Policier à la retraite, le détective Bill Hodges, héros improbable de Mr. Mercedes et Finders Keepers, gère maintenant une agence de détective privé avec sa partenaire Holly Gibney, auteure du coup à la tête d’Hartsfield qui le mena directement au quartier des lésions cérébrales. Brady Hartsfield s’en souvient également. Quand Bill et Holly sont appelés pour enquêter sur un meurtre-suicide lié au « Massacre à la Mercedes », ils se retrouvent plongés dans leur enquête la plus dangereuse.

Dans ce dernier tome de la Trilogie ( Carnets Noirs se situe au milieu mais ne met pas en scène cette enquête-là), le côté horreur et suspense de Stephen King se trouve augmenté d’un côté paranormal et fantastique. Depuis son corps en état pratiquement végétatif, le tueur utilisera son esprit malade pour pousser au suicide un grand nombre de gens, mais comment fait-il? 

Une enquête menée par le désormais Détective Bill Hodges et son associée Holly, qui plongent dans les tréfonds de la manipulation d’un cerveau malade et criminel.

C’est le tome que j’ai le moins aimé de la trilogie, parce que j’ai trouvé qu’il y avait des chapitres de « redites »: des explications sur le pourquoi du comment, qu’on avait par ailleurs comprises, et les ellipses de l’auteur nous sont familières, par contre le « remplissage », et le tarabiscotage tiré par les cheveux, je déteste lorsque Stephen King se laisse aller à ça, comme dans les immenses tomes des Tommyknokers, de Minuit, de Brume, etc. C’est galvauder son talent.

Alors Mr Mercedes 5 étoiles, Carnets Noirs 5 étoiles, Fin de Ronde, 2 étoiles.

 

Fin de ronde – Stephen King, editions Albin Michel 2018, Le Livre de Poche 2019, 576 pages

10 commentaires

  1. Totalement d’accord avec vous avec votre avis sur l’ensemble de la trilogie. Fin de ronde est celui qui marquera le moins je pense mais bon on va bouder notre plaisir ça reste du très bon King dans l’ensemble

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s