Le doute – S. K. Tremayne

IMG_4055

Mini chronique pour un thriller. J’ai acheté d’un coup une dizaine de ces livres pour me détendre. D’aucuns auraient choisi de la littérature « feel good ». Mais moi je déteste ça, ces romans qui « font du bien »; avant ça s’appelait tout simplement des romans « à l’eau de rose ». Happy ends à foison. Ou alors les livres de développement personnel. J’en ai lu, il y a des décennies. Et Bridget Jones l’a prouvé : ça ne sert à rien. Donc détente pour moi = Chick-litt haut de gamme ( Sophie Kinsella), ou thrillers.

J’avais lu la 4e de couverture, il y a l’écosse et une histoire horrible, cool, donc.

Résumé éditeur :  » À Londres, un an après le décès accidentel de Lydia, l’une de leurs filles jumelles, Angus et Sarah Moorcroft décident de tout recommencer en changeant d’environnement. Ils rejoignent alors une petite île écossaise qu’ils ont héritée de la grand-mère d’Angus. Mais l’emménagement ne se passe pas aussi bien que prévu ; Kirstie, leur fille survivante, se met à affirmer qu’elle est en réalité Lydia. Alors qu’un brouillard glacial enveloppe l’île, l’angoisse va grandissant… »

Mon gros souci c’est que dès le début, l’auteur montre déjà des indices sur des possibilités de « trompage » entre les jumelles, on voit gros comme une maison qu’on parle déjà du dénouement. Ensuite, les personnages. La mère, le père, on sait ce que la mère pense mais on n’a aucune description, on ne s’installe pas, on ne s’attache pas aux personnages du tout. Surtout que le noeud du problème, c’est que les parents ont un doute quant à la jumelle qui est morte ! Hé oui, depuis le début, les deux parents ne savent pas distinguer leurs filles. Depuis la naissance jusqu’à leurs sept ans, ils ne peuvent les reconnaitre que par la couleur de leurs vêtements ! ALLO quoi, l’auteur ne va pas bien ! Même des étrangers trouvent des points de différences physiques au bout de quelques heures. De plus, la mère « préférait » Lydia, celle qui est morte. Les parents ne sont pas du tout affectueux, et c’est glaçant. Le pire c’est que l’auteur ne le fait visiblement pas exprès. Le bouquin est bourré d’invraisemblances.

Ceci dit, il y a des rebondissements, on veut aller au bout pour savoir le fin mot de l’histoire. Niveau suspense, c’est donc bon, le style également, c’est fluide, on a beau penser à chaque « secret » dévoilé « tout ça pour ça ! » , mais le suspense tient le coup. Donc ma note : 3 parce que le suspense tient, et deux points de moins pour les invraisemblances et les grosses ficelles trop visibles. C’est cousu de fil blanc.

Le doute – S. K. Tremayne – Presses de la ciré 2015, Pocket 2016,  382 pages.

(le nom de l’auteur est un des pseudonymes d’un écrivain « connu » parait-il)

 

5 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s