J’entends des regards que vous croyez muets – Arnaud Cathrine

IMG_7956

Je dois remercier ici les Editions Verticales pour leur sympathique réponse à ma demande de partenariat.

‘Je passe mon temps à voler des gens. Dans le métro, dans la rue, au café, sur la plage. Ce peut être une femme, un homme, un adolescent, une enfant, un couple… J’ai toujours un carnet et un stylo sur moi. Je tente de les deviner, aucun ne doit me rester étranger, je veux les garder, je finis par les inventer, ce que je nomme voler.’ Avec ces soixante-cinq récits brefs, Arnaud Cathrine capte les vies potentielles de celles et ceux qu’il croise, tout en renvoyant aux fantasmes de celui qui les regarde. J’entends des regards que vous croyez muets propose donc un jeu de miroirs entre ces inconnus propices à la fiction et l’autoportrait de l’auteur devenu à son tour un personnage à part entière.

 

Équipé de son carnet et d’un crayon, l’auteur cherche, ou tombe sur un personnage, ou un duo, entend des bribes de conversation, note des mots-clés ou de petites descriptions qui lui donneront plus tard matière à des portraits, drôles ou sombres, des portraits qui seront en même temps nourris de son imagination, de sa vie, de ses expériences.

Par de petits fragments de deux à quatre pages, Arnaud Cathrine nous invite à faire connaissance avec son voisin insomniaque, qui parle, crie, insulte ses douleurs, avec sa caissière de supermarché habituelle, avec ses mimiques et ses mots, avec ses rencontres dans le métro, le RER, le bus, le train sur le chemin des vacances… L’auteur n’engage pas la conversation, non ; il observe de pas trop loin, ni de trop près surtout, des gens seuls ou à deux, les regards dans le vague, et de ces quelques traits il nous donne à voir une histoire. Parfois à la terrasse des cafés. Parfois à la plage. En Normandie, dans les Landes. Des vies qu’il rencontre, des personnages qui le hantent, parfois le besoin de faire raconter ses propres histoires, souvenirs, par des personnes qu’il a croisées. De tout âge, hommes et femmes, parfois familles, petits enfants.

J’aime beaucoup ce genre de livres, ces fragments. On arrête, on y revient, certains nous touchent plus que d’autres, on ne sait pourquoi, et certains sont inoubliables. Des grains de sable sur la plage..

Le style de l’auteur colle parfaitement avec ces histoires en miroir, l’écriture est claire, simple, fluide. À nous de voir à travers ce miroir…

 

 

J’entends des regards que vous croyez muets – Arnaud Cathrine – Editions Verticales, mars 2019, 177 pages, 18 €

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s