Ma vie (pas si) parfaite – Sophie Kinsella.

IMG_6881

J’aime bien Sophie Kinsella. Depuis son 1er bouquin « Confessions d’une accro du shopping », sorti en 2000, donc peu après Le Journal de Bridget Jones, de Helen Fielding, roman précurseur du genre Chik-lit, la littérature britannique combinant comédie, humour et décalage. Le style est très précis : désinvolte, désabusé, utilisant le recul humoristique et l’auto-dérision. Le personnage est féminin, parle à la première personne, et est en focalisation intérieure, le tout donnant un effet décalé, le côté « sentimental » n’est pas obligatoire. Et c’est ce qui me plait. Pas trop de romance, ou alors sur le ton de l’humour, l’héroïne a soit 26 ans soit 42, peu importe, le style, l’humour des situations et le côté souvent dépaysant, londonien, snob souvent, dans des milieux où l’on ne vivra jamais : agence de pub, journal de mode, stylistes, les gens importants, riches, les maisons immenses et quartiers huppés, bien définis par leur fameux code postal…. dans la veine de  Quatre mariages et un enterrement, ou de Love Actually…

Sophie Kinsella a sorti 20 livres de genre chik-lit depuis 2000, les suites de L’accro du Shopping qui ont rencontré un succès mondial, et d’autres, avec d’autres héroïnes. Certains sont moins réussis que d’autres, mais voilà, cette auteure est mon petit bonbon sucré girly et léger, et… pourquoi s’en priver ?  ( Suite —>)

IMG_6883

(Ci-dessus la photo de mon 1er livre de Sophie Kinsella, chez Belfond. Tous ses livres sont sortis chez Belfond puis en poche (Pocket) et réédités de nombreuses fois)

 

Résumé : Dans la lignée des Petits Secrets d’Emma ou de Poppy Wyatt est un sacré numéro, Sophie Kinsella nous offre une nouvelle comédie aussi hilarante que touchante sur le gouffre qui sépare la vie dont on rêve et celle que l’on vit, le choc capitale/province et les nouveaux snobismes des hipsters de tous poils.
La vie à Londres. Du fond de son Somerset natal, Katie en a tellement rêvé, et aujourd’hui, ça y est ! À elle les soirées branchées, les restos fashion, le job de rêve dans une grande agence de pub…
Certes, elle vit en coloc à deux heures du centre. Certes, son budget est si serré qu’elle se nourrit essentiellement de nouilles instantanées. Certes, sa boss est un cauchemar. Mais plutôt mourir que de renoncer à cette vie géniale, surtout si elle peut instagramer son mokaccino hors de prix.Mais ce que Katie ignorait, c’est qu’à la capitale, tout va plus vite. Y compris se faire virer….

Mon avis : c’est un « bon » Sophie Kinsella. Rempli d’humour, de tendresse familiale, de retournements de situations assez drôles. Tout est crédible, documenté, l’auteure ne sert pas juste une petite histoire style romance, ce qui, malheureusement lui arrive. J’ai vraiment beaucoup aimé. C’est dynamique, bien écrit, avec plein de happy ends à la fin. Ç’aurait été PARFAIT si la traductrice (Daphné Bernard) n’avait pas utilisé le mot mitonner page 248 et concocter page 297. Sinon, le parfait bouquin pour filles, mais pas gnangnan. À dévorer !

 

Ma vie (pas si) parfaite – Sophie Kinsella, editions Pocket 2018, 490 pages.

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s