Le voleur qui comptait les petites cuillères – Lawrence Block

IMG_4940

Avant toute chose : Lawrence Block est un de mes auteurs de romans policiers favoris. Je l’ai découvert il y a un peu plus de 10 ans. En général en format poche, dans les « séries noires »… je ne suis pas accro aux polars américains mais lui, avec Sue Grafton, sont dans mon top 5. Dans ses livres, des personnages récurrents, un bouquiniste cambrioleur sur commande, un flic, un tueur à gages, un détective… tout se passe à New York, on y est. Dans de vieux quartiers miteux, peut-être plutôt les années 80. Ce n’est pas agaçant du tout. C’est plein d’humour, plein de poésie parfois, il y a de l’amour, des chambres ou des appartements miteux, ou des bars sombres mais on y est bien pour discuter. c’est juste, très « happant ».  Un des plus grands. Celui-ci est une histoire du bouquiniste, Bernie Rhodenbarr.. toujours à la recherche d’objets rares..Un grand format broché, chez Gallimard Série Noire, 2016.

À l’heure du numérique, difficile de gagner sa vie avec une modeste boutique de livres anciens et d’occasion sur la 11e Rue Est de New York… Heureusement, Bernie Rhodenbarr a d’autres atouts dans sa manche. Cambrioleur chevronné, on fait souvent plus volontiers appel à lui pour ses talents de crocheteur de serrures que pour ceux de bouquiniste. Mais lorsque «M. Smith», un mystérieux collectionneur, lui propose une petite fortune pour plusieurs vols (incluant aussi bien le manuscrit de L’Étrange Histoire de Benjamin Button de F. Scott Fitzgerald que d’inestimables cuillères en argent), Bernie ignore dans quelle histoire improbable il met les pieds.
Car, pendant ce temps, une riche vieille dame a été retrouvée morte à son domicile, apparemment terrassée par une attaque lors d’un cambriolage qui aurait mal tourné. Toutefois les raisons de son décès ne sont pas si évidentes, et l’expertise de Bernie est également requise par son meilleur ennemi, le policier Ray Kirschmann, afin de l’aider dans son enquête…
Voleur rémunéré et détective amateur, ce (anti-)héros trouve en outre des messages rageurs sur la porte de la librairie qu’il est bien obligé de délaisser pour aller chercher son repas de midi dans un de ses restos favoris, deux parts, bien souvent, pour manger en compagnie de Carolyn, sa meilleure amie, qui a une boutique de toilettage pour chiens, petite « avec sa coiffure de lesbienne » comme il lui fait toujours remarquer, et ils discutent à bâtons rompus de tout ce qui les intéresse : clients, amis, souvenirs, nouveaux clients, et mystères en cours. L’amour de l’art, de l’histoire américaine et de la littérature sont toujours au rendez-vous.

Mon avis : Comme je l’ai dit au début de ma chronique, l’auteur est absolument génial, dans cette façon qu’il a de nous faire rentrer direct dans le décor, même si on ne connait pas New York. Il s’agit souvent de collectionneurs riches qui le mandatent pour aller chercher un objet convoité, et Bernie est un cambrioleur du genre à savoir comment crocheter les pires serrures, il ne laisse aucune trace, et ne supporte pas la violence, ni l’injustice. Il met toujours au courant Carolyn, son amie du quartier, et est souvent approché par un de ses presque-ami, un policier du FBI qui sait que Bernie connait bien le quartier, et lorsqu’il tombe sur une égnigme dans une enquête, sait que Bernie peut lui apporter ses lumières, quasi anonymement. Tout ceci est joyeux, dynamique, clair et enrichissant sur certaines choses que peuvent convoiter les milliardaires qui s’ennuient.

Lisez un Lawrence Block.

Le voleur qui comptait les cuillères – Lawrence Block, Gallimard Série Noire, 2016, 345 pages. Je crois qu’il’est sorti en Poche également.

 

 

 

4 commentaires

Répondre à Auzanneau Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s